Transitions & Energies

L’Europe mobilise l’investissement privé pour créer une économie de l’hydrogène vert

L'Europe a de très grandes ambitions dans l'hydrogène vert, produit avec de l'électricité décarbonée, et entend soutenir et financer les jeunes entreprises innovantes du secteur. Elle vient de créer le European Green Hydrogen Acceleration Center...

Récupérer les particules fines provenant des pneumatiques

Une jeune entreprise anglaise appelée The Tyre Collective a inventé un équipement qui permet de capturer une part importante des particules fines provenant de l'usure des pneumatiques. Les particules fines sont l'un des principaux polluants de...

Pour l’AIE, sans un effort massif d’innovation, la transition énergétique ne peut pas réussir

L'innovation technologique est indispensable à la transition énergétique. Pour ceux qui en doutaient encore, l'Agence internationale de l'énergie vient de publier un volumineux rapport de 400 pages qui montre que sans hydrogène vert et capture de...

Les articles de la catégorie Entreprises innovantes

L’ère des batteries au sodium, Jules Verne l’avait prédit

Après les succès de la recherche française dans la batterie sodium-ion, une start-up a commencé a fabriqué des prototypes et une usine de production devrait voir le jour. Jean-Marie Tarascon, professeur au Collège de France, nous explique les avantages de cette technologie. Jules Verne, dans Vingt Mille Lieues sous les mers, en avait eu l’intuition : « Les piles au sodium doivent êtreconsidérées comme les plus énergétiques. » C’était il y atout juste cent cinquante ans, et le capitaine Nemo à l’origine de cette prédiction n’établissait de comparaison que par rapport aux piles au zinc. Aujourd’hui, la réalité dépasse la fiction. Les batteries sodium-ion existent, des chercheurs français fondent de gros espoirs sur leurs débouchés potentiels, des prototypes sont testés et une start-up s’est lancée dans le processus à Amiens. L’aventure a commencé il y a dix ans avec la création duRS2E (Réseau sur le stockage électrochimique de l’énergie) à l’initiative du CNRS et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (voir encadré).Puis, une task-force sodium-ion a été mise en place dans le cadre de ce groupement. Les résultats sont aujourd’hui au niveau des projections les plus...

Ferme urbaine natural capital coalition

L’ascension de l’agriculture urbaine

L'agriculture dans les villes est une activité qui connait une croissance rapide et inattendue. Non seulement, elle transforme l'agglomération, mais elle a également un impact sur les systèmes alimentaires locaux. C'est le cas à Montréal mais aussi à Toronto, New York, Bruxelles et cela commence à Paris.

IBM invente une batterie sans métaux lourds

Les batteries lithium-ion, omniprésentes dans les appareils électroniques et dans les voitures électriques, sont une catastrophe pour l’environnement. Elles comportent des quantités importantes de métaux lourds et rares dont le lithium, le cobalt, le manganèse ou le nickel. L’extraction et le traitement de ces métaux est néfaste pour l’environnement, se fait parfois dans des conditions terribles pour les mineurs et émet beaucoup de CO2. Leurs quantités sont aussi limitées. Enfin, le recyclage des batteries est un processus loin d’être généralisé et totalement maitrisé. Produire des batteries avec une technologie plus performante, offrant une plus grande puissance et une recharge plus rapide, et surtout moins polluante est une des conditions indispensables pour réussir la transition énergétique. Un pas vient peut-être d’être franchi par IBM. Le géant historique américain de l’informatique affirme avoir mis au point une batterie à partir de matériaux issus du traitement de l’eau de mer. Non seulement cette batteries serait plus «propre», mais elle offrirait, selon les premiers tests effectués, une bien plus grande densité énergétique (plus de 800 Wh/L) et...

Pile combustible hydrogène HDF

Hydrogène, une usine de piles à combustible puissantes à Bordeaux

Peu à peu les éléments nécessaires à la création d’une filière complète de l’hydrogène se mettent en place en France. Et cela même si le retard reste important par rapport à la Chine, la Corée du Sud ou le Japon. En tout cas, la société Hydrogène de France (HDF) a signé il y a quelques jours un contrat stratégique de transfert de technologie avec le fabricant canadien de piles à combustibles Ballard Power Systems (BPS). Il lui permettra d’assembler à Bordeaux des piles à combustibles puissantes capables de produire plus de 1 MW et destinées avant tout au stockage d’électricité renouvelable (éolienne et solaire). L’usine de 8.000 m2 doit commencer à produire en 2022. Il s’agit d’un investissement de 15 millions d’euros qui devrait permettre la création d’une centaine d’emplois. Cela représente un pari considérable pour HDF. L’entreprise créée en 2012 emploie aujourd’hui 18 salariés et affiche 2,5 millions d’euros de chiffre d’affaires Spécialiste des piles à combustible pour le transport lourd (bus, camions, navires, trains…), BPS est une société canadienne d’une toute autre dimension. Basée à Vancouver et cotée sur le Nasdaq...

Salarde Atacama Gisement Lithium Chili Wikimedia Commons

Le lithium du sous-sol alsacien est exploitable

Les pays occidentaux en général et la France en particulier ont renoncé, en tout cas en métropole, à l’exploitation minière. Trop dommageable pour l’environnement, trop polluante, trop dangereuse, pas assez rentable. La conséquence de tout cela est une dépendance devenue très dangereuse économiquement comme politiquement pour les métaux dits rares et stratégiques à l’image du lithium, indispensable aux batteries de nos équipements électroniques et des véhicules électriques. On le sait depuis longtemps, le sous-sol alsacien renferme une assez grande quantité de lithium. Reste à savoir comment l’exploiter à des conditions qui soient économiquement compétitives et peu ou pas dommageables pour l’environnement. Les sociétés Électricité de Strasbourg (ES), filiale d’EDF, et Fonroche Géothermie apportent peut-être une solution. D’abord, elles ont confirmé la présence de lithium en quantité «significatives» sur plusieurs sites en Alsace. Elles en explore le sous-sol à plusieurs milliers de mètres de profondeur afin d’y construire des centrales dites de géothermie profonde. Elles devraient alimenter en électricité plusieurs communes à partir de l’eau...

Batteris automobile lithium ion

Les voitures électriques ont besoin de meilleures batteries

«Cela semble absurde, mais la vérité est que la même humble batterie lithium-ion qui alimentait votre téléphone portable en 2004 fait aujourd’hui fonctionner tous les véhicules électriques… Et pour ajouter à cette absurdité, la chimie à l’intérieur de la batterie lithium-ion n’a pas vraiment changé depuis que Sony en a lancé la commercialisation en 1991». Celui qui écrit cela sur le site de CNN, Gene Berdichevsky, sait de quoi il parle. Il a été le septième employé de Tesla Motors. Il a dirigé le développement des batteries du seul constructeur automobile qui a réellement changé la donne dans le véhicule électrique. Pour autant, il considère que la technologie des batteries reste très insuffisante pour permettre la révolution de la voiture électrique qu’il appelle de ses voeux. Il est aussi le cofondateur d’une société innovante appelée Sila Nanotechnologies et il affirme avoir la clé pour améliorer considérablement l’efficacité des batteries… et des voitures électriques. Les voitures électriques coûtent trop cher Gene Berdichevsky souligne que les scientifiques et les ingénieurs travaillent depuis des années pour rendre les batteries plus puissantes...

Puit de pétrole Wikimedia

Produire de l’hydrogène propre à partir de vieux puits de pétrole

La révolution de l’hydrogène est peut-être encore plus proche qu’on peut l’imaginer. Et cela grâce à une découverte qui pourrait permettre de produire ce carburant en masse et à des coûts faibles. Deux scientifiques canadiens de l’Université de Calgary travaillant pour la société Proton Technologies, Ian Gates et Jacky Wang, viennent de mettre au point une technologie permettant d’extraire de l’hydrogène (H2) des puits de pétrole et des sables bitumineux. Et tout cela sans émettre de gaz à effet de serre et notamment de CO2. Une découverte rendue publique lors de la conférence Goldschmidt sur la géochimie qui réunit du 19 au 23 août 4.000 scientifiques à Barcelone. Une première présentation de cette technologie a été publiée par la revue Phys.org. «Les champs pétroliers, même ceux n’étant plus exploités, contiennent toujours des quantités significatives de pétrole», explique Grant Strem, Pdg de Proton Technologies. «Les chercheurs ont trouvé qu’injecter de l’oxygène dans ces champs augmente la température et libère l’hydrogène, qui peut être séparé d’autres gaz à travers des filtres spécifiques qui notamment ne laissent pas passer le...

Hellisheidi_Geothermal_Power_Plant Wikimedia

La solution au réchauffement climatique se trouve peut-être sous nos pieds

Des géologues ont peut-être trouvé le moyen de se débarrasser du CO2. Des équipes de chercheurs de plusieurs universités prestigieuses ont expérimenté et validé une solution technologique prometteuse pour stocker sous terre le CO2 en le transformant en pierre. Cela fait maintenant plusieurs années que les chercheurs du projet CarbFix séquestrent et transforment en cailloux le carbone émis par une usine géothermique islandaise. Leur technologie est maintenant prête pour un déploiement à grande échelle. Le projet CarbFix a vu le jour en 2006. Il a été lancé par Reykjavik Energy, l’Université d’Islande, le CNRS de Toulouse et le Earth Institute de l’Université de Columbia de New York. Plusieurs universités et instituts de recherche l’ont rejoint ensuite dont l’University College de Londres (UCL). CarbFix est également soutenu par l’Union Européenne. 95% du carbone transformé en minéraux Tout le dioxyde de carbone (CO2) et le sulfure d’hydrogène (H2S) émis par l’usine géothermique de Reykjavik sont ainsi capturés et pompés dans des réservoirs situés à 500 mètres de profondeur. Ces deux gaz réagissent alors avec du basalte (roches volcaniques) et deviennent...

Camion Hydrogene Hyundai

En Suisse, le camion à hydrogène c’est maintenant

Le carburant hydrogène présente notamment comme atout la possibilité d’alimenter sur de longues distances des moyens de transport lourds comme les trains, les camions, les bus et même les navires. Ce qui est presque impossible pour les moteurs électriques fonctionnant avec des batteries dont le poids devient écrasant pour assurer une autonomie importante à des engins de plusieurs dizaines, centaines ou milliers de tonnes. L’autonomie théorique des prototypes de camions lourds électriques ne dépasse pas 200 kilomètres et leurs temps de recharge sont importants. Il faudrait 10 tonnes de batteries pour assurer une autonomie de 1.000 kilomètres à un camion. En revanche, le camion à hydrogène semble promis à un bel avenir. C’est le pari que fait la Suisse. Ce pays va ainsi jouer en Europe un rôle de pionnier. Il doit lancer dans les prochaines semaines la construction d’une unité de production «propre» d’hydrogène. Elle servira à alimenter une flotte de camions à pile à combustible construits par le sud-coréen Hyundai. Ces engins circuleront en Suisse et dans l’Europe limitrophe. Si le projet est une réussite, il devrait servir de modèle et s’exporter notamment...

Le classement des pays les plus innovants au monde

La capacité d’innovation est l’une des clés de la transition énergétique. Elle est même indispensable pour améliorer l’efficacité et réduire les coûts des renouvelables, des véhicules électriques et pour développer les technologies de l’hydrogène, du stockage de l’électricité, de la séquestration du CO2… Le classement des pays les plus innovants effectué tous les ans par la World Intellectual Property Organization (Organisation mondiale de la propriété intellectuelle ou WIPO) n’en a que plus d’importance. La version 2019 du rapport vient d’être rendue publique. Pas moins de 126 pays ont été classés selon des critères comprenant la sophistication de leurs entreprises, leur niveau de dépenses dans l’éducation ou la part de la production industrielle dite créative et technologique. Première conclusion, en dépit du ralentissement économique mondial, l’innovation reste une priorité de nombreux pays et de nombreuses économies notamment dans les domaines de l’énergie, de l’environnement, de la biologie, de la médecine, du numérique. Mais la WIPO met tout de même en garde contre la montée du protectionnisme. «S’ils ne sont...

Creuser des mines au fond des océans, nouvelle frontière industrielle

L’ONG Greenpeace dénonce dans un rapport de trente pages en date du 3 juillet les dangers que ferait peser sur le «plus important écosystème de la planète» l’exploitation de mines au fond des océans. Pour l’instant, il n’existe aucune mine au fond des océans. Mais 29 licences d’exploration ont été concédées par un organisme des Nations Unies, l’Autorité internationale des fonds marins (ISA), a un certains nombre de pays dont la Chine, la Corée du sud, le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne et la Russie. Ces licences  couvrent de vastes étendues dans le Pacifique, l’Atlantique et l’Océan Indien qui représentent 1,3 million de kilomètres carrés. Plusieurs Etats pourraient confier prochainement à des entreprises privées des opérations d’exploration du potentiel minier du fond des océans. L’objectif est avant tout de trouver et éventuellement ensuite d’exploiter des gisements de métaux rares et de terres rares comme le cobalt, le lithium… Pour Greenpeace, cela pourrait avoir des conséquences désastreuses pour la vie maritime, détruire le fond des océans qui est assez mal connu et libérer des gaz à effet de serre...