Transitions & Energies

Faut-il interdire les SUV dans les grandes villes?

La présence, en toujours plus grand nombre, des SUV (Sports Utility Vehicles) ou véhicules utilitaires de sport dans les grandes villes, devient problématique. La pollution et le danger qu’ils représentent, du fait de leur poids et de leur...

Les Français toujours pas convaincus par la voiture électrique

Quelque 2,2 millions de véhicules 100% électriques et hybrides rechargeables ont été vendus dans le monde en 2018, soit à peine 3,8% du marché mondial. En Europe, avec 408.000 voitures «vertes» livrées en 2018, et 260.000 sur la première moitié de...

Pourquoi les moteurs diesel peuvent difficilement prétendre à la vignette Crit’Air 1

Pour les constructeurs automobiles, leurs nouveaux moteurs diesel polluent peu et méritent tout autant que les moteurs à essence récents la vignette Crit’Air 1. Le gouvernement a demandé une étude indépendante pour valider ou non cette thèse. On a...

Les articles de la catégorie Mobilité

Les voitures électriques sont là, il reste maintenant à trouver des acheteurs

Il a fallu une décennie pour que les constructeurs automobiles traditionnels prennent la voiture électrique au sérieux et investissent, contraints et forcés, des dizaines de milliards pour produire une avalanche de nouveaux modèles. Plus de 300 seront mis en vente d’ici la fin de l’année 2021. Et comme le Salon de l’automobile de Francfort vient de le montrer, ces nouveaux véhicules seront bien dans les concessions dans les prochains mois et viendront rejoindre les Tesla, Zoé, Leaf, et autres I3… Mais maintenant commence la partie la plus difficile, réussir à les vendre et à convaincre des acheteurs réticents. Le pari est loin d’être gagné. Il suffit de regarder les chiffres en France au premier semestre. Les voitures électriques ont représenté 1,8% des immatriculations de véhicules neufs… Comme le souligne Bloomberg, le message des constructeurs adressé aux consommateurs soucieux de l’environnement ne suffit pas. Le marketing et la publicité sont des outils efficaces mais ils n’effacent pas les doutes et les complications d’utilisations liés au véhicule électrique. Les consommateurs n’aiment pas, sur des achats aussi importants qu’une...

Pourquoi faire fonctionner un moteur thermique à l’hydrogène est une très mauvaise idée

L’hydrogène avec une pile à combustible pour fabriquer de l’électricité est de plus en plus considéré comme la motorisation de l’avenir pour les véhicules que ce soit les camions, les voitures ou les navires. Elle n’émet pas de gaz à effet de serre. Il est facile et rapide de recharger les réservoirs ce qui élimine la contrainte d’autonomie des véhicules électriques à batterie. Il n’est pas indispensable d’embarquer des centaines de kilos de batteries lithium-ion et de les recharger pendant des heures. Le problème aujourd’hui de l’hydrogène est celui de sa production «propre» à une échelle industrielle. Compte tenu des investissements en cours, notamment de milliards de dollars en Chine, il devrait être réglé relativement rapidement. Mais il ne faut pas confondre hydrogène et… hydrogène. Autant utiliser ce carburant pour fabriquer de l’électricité via une pile à combustible et alimenter ainsi des moteurs électriques semble être une technologie prometteuse, autant faire fonctionner directement un moteur à combustion avec de l’hydrogène ne présent pas vraiment d’intérêt. Voilà pourquoi explique Motor Autorithy. La principale...

Un million de véhicules à hydrogène sur les routes californiennes dans dix ans

Même si les véhicules à hydrogène, les voitures comme les camions et les bus, font souvent parler d’eux. On les voit peu sur les routes. Ils restent extrêmement marginaux. Ce qui ne veut pas dire qu’ils ne peuvent pas offrir, en théorie, le meilleur des mondes de la mobilité sur roues. Aucune émission de gaz à effet de serre, une grande autonomie, une capacité à se recharger en quelques minutes et bientôt des filières «propres» pour produire le carburant. Le premier véhicule à hydrogène et à pile à combustible n’est pas vraiment récent. Il remonte à 1966 et à l’ElectroVan de General Motors (voir son schéma ci-dessus). Il était notamment le résultat de développements sur la pile à combustible menés par la NASA pendant la course à l’espace. A l’époque, les ingénieurs avaient été contraints d’utiliser un van parce que la pile à combustible et les réservoirs d’hydrogène prenaient une place considérable… Aujourd’hui, la motorisation d’une voiture à hydrogène occupe moins d’un quart de cet espace. Les modèles existants, la Toyota Mirai, la Honda Clarity, la Hyundai Nexo et la Mercedes GLC F-Cellmake, utilisent leur pile à combustible...

Singapour dit oui au véhicule à hydrogène et non à la voiture électrique

Masagos Zulkifli, le ministre de l’Environnement et des Ressources en eau de Singapour, n’aime pas les voitures électriques à batteries et le fait savoir. Dans une interview à l’agence Bloomberg, il estime qu’elles ne répondent pas aux exigences en matière de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Pour lui, il s’agit avant tout «de mode de vie» et pas de climat ni de CO2. La seule voie à suivre pour lui et pour Singapour est celle du véhicule à hydrogène et à pile à combustible. Le ministre explique que «trouver une place de stationnement est déjà problématique» et qu’il sera «difficile de développer des stations de recharge» dans les zones à forte densité comme celle où vit la population du micro Etat. Elon Musk, le patron de Tesla, qui s’était agacé au début de l’année de la lenteur de Singapour à passer à l’électrique devra encore patienter. Tesla attend toujours l’autorisation de déployer ses superchargeurs. «Elon Musk propose un mode de vie, ce qui nous intéresse est de résoudre les problèmes climatiques», affirme Masagos Zulkifli. Selon une enquête réalisée par le groupe pétrolier Shell, qui a installé les premières...

Les voitures électriques ont besoin de meilleures batteries

«Cela semble absurde, mais la vérité est que la même humble batterie lithium-ion qui alimentait votre téléphone portable en 2004 fait aujourd’hui fonctionner tous les véhicules électriques… Et pour ajouter à cette absurdité, la chimie à l’intérieur de la batterie lithium-ion n’a pas vraiment changé depuis que Sony en a lancé la commercialisation en 1991». Celui qui écrit cela sur le site de CNN, Gene Berdichevsky, sait de quoi il parle. Il a été le septième employé de Tesla Motors. Il a dirigé le développement des batteries du seul constructeur automobile qui a réellement changé la donne dans le véhicule électrique. Pour autant, il considère que la technologie des batteries reste très insuffisante pour permettre la révolution de la voiture électrique qu’il appelle de ses voeux. Il est aussi le cofondateur d’une société innovante appelée Sila Nanotechnologies et il affirme avoir la clé pour améliorer considérablement l’efficacité des batteries… et des voitures électriques. Les voitures électriques coûtent trop cher Gene Berdichevsky souligne que les scientifiques et les ingénieurs travaillent depuis des années pour rendre les batteries plus puissantes...

Transition: les engagements à long terme des gouvernements ont peu de valeur

Si vous êtes un élu ou un dirigeant politique accusé de ne penser qu’aux moyens de rester au pouvoir, la meilleure recette pour prouver que vous êtes un visionnaire et que vous préparez l’avenir est de fixer de grands et ambitieux objectifs politiques et surtout environnementaux. Mais ils seront atteints suffisamment tard dans l’avenir pour être sûr que vous ne serez plus depuis longtemps aux responsabilités et leur réussite dépendra de tellement de facteurs qu’un échec ne pourra même pas vous être attribué. Telle est la thèse de la récente chronique de Leonid Bershidsky pour l’agence Bloomberg. Il faut dire qu’elle correspond plutôt fidèlement aux engagements forts et solennels pris en matière de transition énergétique dans toute l’Europe. Leur traduction dans la réalité tarde souvent à se manifester et la plupart du temps, les moyens d’y parvenir n’existent pas… aujourd’hui. Ainsi, pas moins de 13 pays ont annoncé qu’ils entendaient interdire les véhicules utilisant des carburants fossiles entre 2030 et 2040. La France en fait partie et l’Assemblée nationale a voté le 12 juin 2019 une loi interdisant la vente de tout...

Les nouvelles normes anti-pollution signent la mort des petites voitures pas chères…

En matière d’environnement et d’émissions de gaz à effet de serre, les bonnes intentions ne sont pas une garantie d’efficacité… loin de là. On peut le vérifier une fois encore avec les normes sévères fixées en Europe pour lutter contre les émissions de CO2 des véhicules. Elles créent de nouvelles contraintes considérables pour les constructeurs automobiles qui sont menacés d’amendes de centaines de millions d’euros si leurs véhicules émettent, en moyenne, trop de CO2. S’adapter rapidement à ces normes nécessite des investissements considérables dans les véhicules électriques, de changer complétement les gammes et renchérissent le coût de production de toutes les voitures. Elles condamnent ainsi celles dont les marges sont les plus faibles, c’est-à-dire les petites citadines d’entrée de gamme qui offraient pourtant une possibilité aux propriétaires de véhicules anciens et polluants d’en changer à moindre coût et de consommer moins. Dans les mois et les années qui viennent, les acheteurs de véhicules neufs devront donc les payer plus cher… Car il n’est tout simplement pas possible pour ces véhicules d’entrée de gamme...

La Suède et la «honte» de prendre l’avion

Greta Thunberg n’est pas un phénomène isolé en Suède. La passionaria de la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre a décidé de ne pas prendre l’avion pour se rendre aux Etats-Unis afin de participer le 23 septembre au sommet mondial sur le climat organisé par le Secrétaire général de l’ONU. Elle se rendra à New York à bord d’un voilier de course ultra sophistiqué et ultra coûteux… Mais elle n’est pas la seule dans son pays à chercher à tout prix des alternatives au transport aérien. Et elle a même créée autour du rejet de l’avion un véritable mouvement. Près d’un Suédois sur quatre aurait ainsi renoncé l’an dernier à prendre l’avion pour choisir un autre moyen de transport selon une étude assez militante de WWF Suède. Principale source individuelle de CO2 Les experts du climat estiment que le transport aérien représente 2% à 3% des émissions de gaz à effet de serre. Cela reste marginal, mais les écologistes soulignent que le transport aérien est souvent la principale source d’émission de CO2 individuellement, notamment pour les personnes qui voyagent fréquemment en avion et ont des revenus élevés. «Voler est une activité qui...

La voiture électrique a un sérieux problème de visibilité des infrastructures

En dépit de campagnes de promotion incessantes reliées complaisamment par les médias, des pressions gouvernementales et municipales, la voiture électrique se vend mal. Ce qu’étrangement personne ou presque ne dit… Ainsi, au premier semestre, il s’est immatriculé 1.166.442 véhicules particuliers en France (-1,8% par rapport à 2018) dont 21.006 électriques. Les électriques ont progressé de 46% par rapport aux six premiers mois de l’année 2018, mais représentent seulement 1,8% du marché… Sur l’ensemble de l’année 2018, les voitures électriques ont assuré 1,4% des ventes neuves en France avec 31.050 immatriculations! Si la tendance du premier semestre 2019 se répète dans la deuxième partie de l’année, il se vendra en France environ 10.000 voitures électriques de plus qu’en 2018… Une goutte d’eau. Comment cela s’explique, au-delà des questions de coût des véhicules, de leurs performances, de leur autonomie et d’une nouvelle contrainte qui consiste quand on les utilise à savoir quand et où les recharger. Le magazine Forbes a une réponse: la visibilité des infrastructures. Avec cette question toute bête, qu’est-ce qui doit exister en premier, les voitures électriques ou...

En Suisse, le camion à hydrogène c’est maintenant

Le carburant hydrogène présente notamment comme atout la possibilité d’alimenter sur de longues distances des moyens de transport lourds comme les trains, les camions, les bus et même les navires. Ce qui est presque impossible pour les moteurs électriques fonctionnant avec des batteries dont le poids devient écrasant pour assurer une autonomie importante à des engins de plusieurs dizaines, centaines ou milliers de tonnes. L’autonomie théorique des prototypes de camions lourds électriques ne dépasse pas 200 kilomètres et leurs temps de recharge sont importants. Il faudrait 10 tonnes de batteries pour assurer une autonomie de 1.000 kilomètres à un camion. En revanche, le camion à hydrogène semble promis à un bel avenir. C’est le pari que fait la Suisse. Ce pays va ainsi jouer en Europe un rôle de pionnier. Il doit lancer dans les prochaines semaines la construction d’une unité de production «propre» d’hydrogène. Elle servira à alimenter une flotte de camions à pile à combustible construits par le sud-coréen Hyundai. Ces engins circuleront en Suisse et dans l’Europe limitrophe. Si le projet est une réussite, il devrait servir de modèle et s’exporter notamment...

La trottinette électrique n’est bonne pour l’environnement… que si elle remplace une voiture

La trottinette électrique est devenue un emblème et un symbole. Elle incarne dans les grandes villes l’idéal de transports partagés, «propres», souples, disponibles à tout moment et partout… que mettent en avant les écologistes comme les municipalités «avant-gardistes» à l’image de celle de Paris. La trottinette est aussi devenue une caricature facile du mode de vie bourgeois bohême (bobo). Elle exacerbe aussi le conflit de générations étant utilisée avant tout par les jeunes et parfois même les très jeunes. La trottinette est également dénoncée, souvent à juste titre, comme un mode de transport dangereux qui emprunte aussi bien la voie publique que les trottoirs. Ces conducteurs n’obéissent à aucune règle et illustrent, le laxisme, le non-droit et l’anarchie qui règnent dans nos grandes villes. Une loi de la jungle qui serait organisée ou tolérée à dessein pour repousser les automobilistes. Mais le principal problème avec la trottinette électrique est que tout simplement, elle ne remplit pas sa vocation première. A savoir, être un progrès «pour la planète». La question essentielle à se poser sur ces engins consiste d’abord à savoir si la trottinette électrique...

Nouvelle prime à la conversion, le gouvernement réduit la dépense pas les émissions

Ne croyez surtout pas que derrière la nouvelle prime à la conversion, le gouvernement est motivé par la baisse des émissions de CO2 et de particules fines. Il entend surtout contrôler et réduire les dépenses.  Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si elle entre en vigueur le 1er août, le moment le plus propice pour qu’il y ait peu de réactions. Il faut dire que les fonctionnaires de Bercy se sont lourdement trompés dans leurs prévisions. Ils avaient établi un budget de 596 millions d’euros en 2019 pour couvrir les dépenses liées à cette aide dont la vocation est de permettre aux ménages relativement modestes de changer de véhicule pour un moins polluant. Patatras… Cela a trop bien fonctionné. Le coût total pour l’État de cette prime atteignait 900 millions d’euros… au mois de juin. Plus de 220.000 dossiers d’aides avaient été déposés sur les six premiers mois de l’année. Donc oubliée la priorité de la réduction des émissions des véhicules, la «nouvelle» nouvelle prime à la conversion (dont l’ancêtre est la prime à la casse) sera bien moins généreuse et s’apparente, administration oblige, à une superbe usine à gaz… «Le but visé par le...