Transitions & Energies

145 millions de véhicules électriques sur les routes d’ici 2030

Le nombre de véhicules électriques à batteries sur les routes devrait passer dans le monde de 11 millions à la fin de l'année dernière a au moins 145 millions dans moins de dix ans. Selon l'Agence internationale de l'énergie, même s'ils ont des...

Même Tesla ne gagne toujours pas d’argent avec les voitures électriques

Pour les constructeurs automobiles, la transition rapide vers l'électrique est une fuite en avant. Aucun d'entre eux ne gagne de l'agent en vendant un véhicule 100% électrique et aucun d'entre eux n'est capable de rentabiliser les dizaines de...

Vers une autre civilisation des transports

La transition qui consiste à se passer progressivement des carburants fossiles dans les moyens de transport s’annonce à la fois compliquée, douloureuse et longue. La modernité et notre civilisation ont été construites depuis deux siècles sur la...

Les articles de la catégorie Mobilité

GRIDSERVE Station Service Futur

Recharge des véhicules électriques, l’Europe n’est pas du tout au rendez-vous

Sans bornes de recharge nombreuses, faciles d'utilisation et puissantes et rapides, le développement de la voiture électrique va se heurter rapidement à un mur. Un rapport de la Cour européenne des comptes tire la sonnette d'alarme. D'un côté, l'Union Européenne contraint constructeurs et consommateurs à passer à la motorisation électrique et de l'autre, elle ne parvient pas à tenir ses engagements en matière d'infrastructure de recharge. La recette d'un désastre économique et industriel. Les constructeurs automobiles européens sont aujourd'hui parmi les entreprises les plus endettées au monde pour s'adapter à un changement majeur qui leur est imposé.

Le dernier numéro du magazine Transitions & Energies est paru

Transports, rien ne sera plus comme avant Le nouveau numéro de Transitions & Energies vient de paraitre. Titré, «Energie et Transport, la révolution qui vient», il consacre notamment un dossier approfondi à la révolution des transports. Elle ne fait que commencer mais son impact sera considérable sur nos modes de vie et nos économies. Elle aura pour conséquence inévitable de renchérir le coût des transports et d’en réduire l’offre pour les marchandises comme pour les personnes. La mondialisation à base d’énergies fossiles signifiait des transports toujours plus nombreux, toujours moins coûteux, toujours plus rapides et sur des distances toujours plus grandes. Ce ne sera plus le cas. Le problème est que les technologies de substitution sont loin d’être matures et suffisantes. Pour ce qui est des transports terrestres, la voie est celle du moteur électrique. À savoir l’électrification directe, avec les batteries, et indirecte avec l’hydrogène vert produit par électrolyse et transformé par une pile à combustible. Les batteries pour les véhicules légers et sur des distances relativement courtes et l’hydrogène pour les marchandises, l’utilisation intensive et les longues distances. Dans les domaines...

Alstom Coradia iLint Test Pays-Bas

La France va se doter de trains régionaux à hydrogène

Sur les 30.000 kilomètres de voies ferrées en France, environ la moitié n'est pas électrifiée. Et les électrifier n'aurait aucune chance de devenir un jour rentable. La solution pour remplacer les 1.100 motrices diesel qui circulent sur ses voies passe par les trains à hydrogène et notamment ceux fabriqués par Alstom. Ils sont testés dans plusieurs pays européens depuis des années et quatre régions françaises vont enfin passer commande de plusieurs rames dans les prochains jours. Il a fallu vaincre les réticences de la SNCF.

Rame BB SNCF

Pourquoi la France est un pays de chemin de fer

Le train a façonné la France depuis près de deux siècles et a démocratisé le transport sur longue distance. Il est ancré économiquement, culturellement et socialement dans le pays et cela ne devrait pas changer, au contraire.

Tesla Model 3

Les propriétaires de voitures électriques habitent une maison et possèdent un autre véhicule thermique

Une enquête d'Enedis sur la voiture électrique montre qu'elle reste aujourd'hui réservée à une catégorie aisée de la population. Les propriétaires de voitures électriques sont 88% à habiter dans une maison et à recharger leur véhicule dans leur garage. A 79%, ils ont un autre véhicule à moteur thermique pour effectuer de longs trajets. La démocratisation de l'électrique va prendre du temps.

Nissan-Qashqai-2021-01

Nissan a réussi à améliorer l’efficacité énergétique du moteur thermique

Avec son système E-Power Nissan a mis au point une technologie de transition qui réduit la consommation et les émissions des moteurs thermiques. Elle consiste notamment à n'utiliser le moteur thermique dont les performances énergétiques sont optimisées que pour alimenter un générateur qui recharge une batterie qui elle-même fait fonctionner un moteur électrique qui propulse le véhicule. Un véhicule hybride mais avec des motorisations en série.

Tesla dans la neige

Pourquoi les véhicules électriques n’aiment pas du tout le froid

Une chute des températures n’affecte pas seulement l’autonomie des véhicules électriques, mais aussi les temps de recharge et les performances des systèmes de récupération d’énergie au freinage. Dans des conditions extrêmes, l’autonomie peut être réduite de 50%. Quant aux bus électriques de la ville d'Amiens, la plupart ont été incapables de sortir de leur dépôt la semaine dernière...

Embouteillage Miami Wikimedia commons

La voiture électrique est toujours loin de susciter l’enthousiasme des consommateurs

Les ventes de voitures électriques à batteries ont battu des records l'an dernier. Pour autant, comme le montre une étude menée par l'équipementier Continental dans cinq pays, la France, l'Allemagne, les Etats-Unis, le Japon et la Chine, il y a encore beaucoup à faire pour séduire et convaincre les conducteurs. Une majorité de Français, d'Allemands, d'Américains et de Japonais n'a pas l'intention de passer à l'électrique. Seuls les Chinois sont majoritairement convaincus. Le succès de la voiture électrique reste étroitement lié aux subventions à l'achat et aux pressions, fiscales et réglementaires, sur les consommateurs et les constructeurs automobiles. La raison en est simple, la voiture électrique offre encore aujourd'hui des prestations et des possibilités inférieures au véhicule à moteur thermique, des coûts à l'achat plus élevés et plus de contraintes. Pour la première fois de l'histoire automobile, une technologie est imposée non par les consommateurs ou l'industrie, mais par les pouvoirs publics.

Les batteries lithium-ion d'une Nissan Leaf

Batteries solides, l’espoir fait vivre

En théorie, les batteries solides ont tout pour plaire. Elles sont plus légères, ont une plus grande densité énergétique, coûtent moins chères et se rechargent plus vite que les batteries lithium-ion. En pratique, cela fait des années qu'on annonce leur arrivée imminente sur le marché. Et il faudra encore attendre un moment.

Bois Chauffage

De l’exode rural à l’exode urbain

La pandémie a marqué l'accélération d'un phénomène diffus depuis les années 1990 qui voit des populations de plus en plus nombreuses quitter les villes. Même si l'Insee a toujours minoré le phénomène. Des comportements qualifiés des noms barbares de périurbanisation puis de rurbanisation. Une certitude, les métropoles ont perdu de leur attractivité et les «exilés urbains» sont de plus en plus nombreux.