Transitions & Energies

Sans énergie nucléaire, la transition sera impossible

Fatih Birol, le Directeur exécutif de l'Agence internationale de l'énergie, et Rafael Mariano Grossi, le Directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique, ont publié à la fin de la semaine dernière une tribune commune sur CNN. Une...

Fusion nucléaire: les promesses du réacteur SPARC du MIT

Plusieurs équipes dans le monde travaillent sur des projets de réacteurs à fusion nucléaire. A côté du pharaonique ITER (International Thermonuclear Experimental Reactor), des équipes universitaires américaines estiment que leur modèle SPARC de...

La Chine et les Etats-Unis parient sur le nucléaire, la France s’en détourne

Au moment où la France se détourne du nucléaire, faute de courage politique et de capacité à prendre des décisions, une énergie dont elle est encore un des leaders mondiaux, d’autres y voient la meilleure opportunité technologique de pouvoir...

Les articles de la catégorie Nucléaire

Mini-réacteur nucléaire Rolls-Royce

La complémentarité nucléaire hydrogène

L'électricité nucléaire pourrait être le moyen idéal pour produire de l'hydrogène vert à grande échelle à des coûts acceptables. Elle est bas-carbone et le coût de fonctionnement des centrales est presque identique qu'elles fonctionnent à la moitié de leur puissance ou à pleine puissance.

atomkraft nein danke-button

Allemagne: l’abandon du nucléaire a coûté des dizaines de milliards et des centaines de vie

L'Allemagne va-t-elle réussir à se passer enfin du charbon? Une étude de chercheurs de l'Université de Berkeley montre que la fameuse transition énergétique allemande, consistant à investir massivement dans l'éolien et le solaire et à abandonner en même temps le nucléaire, a eu des conséquences dramatiques. L'intermittence de production des renouvelables a été compensée par le recours au charbon, ce qui s'est traduit par des coûts plus élevés, plus de pollution et plus de problèmes sanitaires.

Centrale nucléaire de Fessenheim

Le dernier réacteur de Fessenheim s’est arrêté définitivement

La stratégie de transition énergétique française est toujours aussi incohérente et dictée avant tout par des considérations de tactique politicienne. Fermer le dernier réacteur de Fessenheim revient à se priver d'une source permanente de production électrique bas carbone que l'on pourra difficilement remplacer dans les prochaines années.

Thunderstorm wikimedia commons

Il est temps de mettre fin à la vente contrainte par EDF d’électricité nucléaire aux fournisseurs alternatifs

Le mécanisme dit de l'Arenh (Accès régulé à l’électricité nucléaire historique) est une usine à gaz visant à créer artificiellement une concurrence dans la commercialisation en France d'électricité. Il contraint EDF à vendre à ses concurrents de l'électricité nucléaire à des prix artificiellement bas. Dans les faits, ni EDF, ni le consommateur, ni la transition énergétique ne bénéficient de ce mécanisme absurde.

ITER La base du cryostat en passe d'être installée Copyright Iter

La construction du réacteur à fusion nucléaire expérimental, ITER, a franchi une étape décisive

Le tout premier élément de sa gigantesque cage magnétique vient d’être mis en place dans l’enceinte du réacteur à fusion nucléaire expérimental ITER. Cette étape essentielle marque le début de l’assemblage du réacteur qui devrait être terminé en 2025. Il s'agit aujourd'hui du plus grand projet scientifique au monde et du plus important ouvrage de génie civil en cours de construction en Europe.

Centrale Fessenheim EDF

L’Autorité de sûreté nucléaire inquiète d’un «déficit de culture de précaution»

Auditionné au Sénat la semaine dernière à l'occasion de la remise de son rapport annuel, le Président de l'Autorité de Sûreté Nucléaire, Bernard Doroszczuk, a souligné ce qu'il considère comme un manque croissant de rigueur et même une perte de compétence de la filière nucléaire française en général et d'EDF en particulier. Le cauchemar du chantier de l'EPR de Flamanville continu.

Bidons déchets nucléaires

Démanteler une centrale nucléaire, une activité industrielle d’avenir

La déconstruction d’une centrale s’étale sur plusieurs décennies et représente environ 15 % de l’investissement initial. Une filière industrielle monte en puissance, qui implique, pour des questions de sécurité, de maintenir intacte la culture du nucléaire en France. Le nucléaire français, souvent présenté comme un secteur d’excellence de l’industrie nationale, connaît des revers. Les critiques enflent notamment à cause des polémiques sur le traitement des déchets. Mais malgré la scission d’Areva en trois entités, la vente d’Alstom Énergie à l’américain GE et les retards qui s’accumulent dans la construction de l’EPR de Flamanville, l’atome civil a malgré tout un long avenir en France. D’abord, les 58 réacteurs répartis sur 19 sites fournissent encore plus de 70 % de l’électricité produite dans l’Hexagone  (70,9 % en 2019). Car même si on ne peut la qualifier de propre, cette énergie décarbonée permet à la France de figurer parmi les pays les moins émetteurs de CO2 par habitant dans le monde (deux fois moins que l’Allemagne, par exemple). Ensuite, les centrales aujourd’hui en exploitation devront, un jour ou l’autre, être démantelées. Ce qui induit un plan de charge énorme pour les industriels du...

Déchets nucléaires

Le nucléaire et ses déchets, une machine à fantasmes

La solution de l’enfouissement dans une couche géologique protectrice n’était pas indispensable. La recherche de solutions pérennes doit être privilégiée. C’était le sens des travaux entrepris avec Phénix et Superphénix. S’il est une peur savamment entretenue depuis soixante-quinze ans, c’est bien celle des dangers de l’énergie nucléaire en s’appuyant sur l’explosion de la bombe à Hiroshima qui a fait des milliers de morts, mais aussi d’irradiés à l’agonie plus ou moins rapide et aux séquelles insupportables. L’utilisation civile de l’énergie nucléaire dans bon nombre de pays du monde déclenche toujours l’effroi à la fois d’une explosion et d’une contamination. C’est ainsi que le mouvement écologiste qui a commencé par se préoccuper de l’avenir de notre environnement en se transformant souvent en militance antinucléaire mêlant le civil au militaire et le cataclysme aux irradiations. Rationaliser les peurs est un objectif impossible et les promoteurs de la physique nucléaire, expliquant les bienfaits de leur profession pour produire une électricité pilotable et bon marché, ont passé leur vie à essayer de convaincre des contradicteurs toujours très nombreux. En ce qui concerne les risques d’accident...