Transitions & Energies

L’année 2020 sera marquée par une baisse historique des investissements dans l’énergie

Dans un rapport publié le 27 mai, l'Agence internationale de l'énergie met en garde contre une chute considérable cette année des investissements dans l'énergie dans le monde, qui est une menace pour la transition.

Le retour du pétrole

Il y a moins d'un mois, le marché pétrolier connaissait un effondrement comme il en a le secret. Mais les cours du baril sont repartis nettement à la hausse, dopés par la remontée rapide de la demande et de la consommation de pétrole en Chine et en...

Les progrès du transport maritime, lents et incertains

Si depuis le début de l'année, avec de nouvelles normes sur les quantités de souffre dans le fuel lourd, le transport maritime est devenu moins polluant, il n'est pas prêt de pouvoir se passer de carburants fossiles. Les technologies de...

Les articles de la catégorie Fossile

Le coronavirus prouve une chose: les comportements individuels ont un impact limité sur la transition

L’épidémie de coronavirus a donné encore plus d’ampleur au débat sur la transition énergétique, sur son urgence, sur les moyens financiers et technologiques à y consacrer, sur les changements nécessaires de société, de modes de vie et de comportements. Cette expérimentation contrainte et forcée, en grandeur réelle, de la mise à l’arrêt d’une grande partie de l’économie mondiale, apporte des enseignements précieux. Les deux tiers de la planète limitent grandement leur usage de l’automobile et des transports collectifs, ne prennent plus l’avion, ont adopté un mode de vie plus frugal. Les échanges internationaux ont fortement diminué tout comme l’activité industrielle. La décroissance, tant souhaitée par les collapsologues, est là sous nos yeux. Résultat, le confinement et la pire récession depuis la seconde guerre mondiale devraient se traduire, d’après plusieurs analyses, par une baisse moyenne des émissions de CO2 cette année de 5 à 6% à l’échelle mondiale. Confiner la moitié de la population mondiale a un impact limité Mais cette baisse, conséquence d’une pandémie tragique et d’un appauvrissement sans précédent sur une si courte...

Puit de pétrole Wikimedia

Pourquoi les cours du baril ne remontent pas

En dépit d'un accord inédit sur une baisse mondiale de la production de pétrole, les cours du baril ne remontent pas et ont repris leur baisse. Cela est lié à l'effondrement historique de la demande et aux incertitudes, nombreuses, sur le redémarrage des économies.

Plateforme pétrolière off shore wikimedia commons

Covid-19: le scénario de la fin de l’âge du pétrole

Il existe deux grands scénarios de la fin de l'âge du pétrole. Celui du «peak oil», l'insuffisance des ressources, qui semble aujourd'hui très improbable, et celui d'un déclin de la demande lié à la transition énergétique. La pandémie pourrait bien accélérer l'histoire et valider le second scénario en marquant le début d'un recul durable de l'utilisation du pétrole dans le monde.

Wall Street New York

Arabie Saoudite: poker menteur et coups financiers juteux

Le fonds souverain saoudien a accumulé discrètement au cours des dernières semaines des participations dans plusieurs grands groupes pétroliers européens dont Royal Dutch Shell, Total, ENI ou Equinor. Il a empoché au passage une plus-value estimée à 500 millions de dollars.

Pont tanker wikimedia commons

Un cartel mondial pour sauver le pétrole

Un accord de principe entre les pays producteurs de pétrole, et plus particulièrement l'Arabie Saoudite et la Russie, a été annoncé le 9 avril sur une forte baisse de la production de l'ordre de 10 millions de barils par jour. D'autres pays producteurs, dont les Etats-Unis, le Canada, la Norvège et le Brésil, participeront à cette tentative de remise en ordre du marché pétrolier.

Blackout en Amérique du nord en 2003

Le coronavirus met les réseaux électriques en danger

Les sociétés modernes, plus particulièrement encore dans des périodes comme celle de la pandémie, sont totalement dépendantes de l'électricité. Pourtant la sécurité des réseaux s'est dégradée avec la part croissante des renouvelables qui par définition sont intermittents. Les gouvernements doivent absolument s'assurer que leurs réseaux électriques peuvent s'appuyer sur des centrales disponibles à tout moment, au gaz ou nucléaire.

fracturation hydraulique Etats-Unis

Le pétrole, une vraie menace pour l’économie mondiale

L'effondrement des cours du baril est dangereuse car elle renforce l'addiction mondiale au pétrole, surtout avec la récession à venir et ses conséquences, une augmentation du chômage et la baisse des revenus. Mais la destruction prévisible de capacités de production de pétrole aux Etats-Unis et dans d'autres pays signifie aussi que les cours pourraient flamber le jour où l'économie mondiale va redémarrer.