Transitions & Energies

Pour l’Institut Montaigne, la rénovation énergétique des bâtiments est indispensable

Le projet de loi Energie et Climat, voté le 25 juillet en commission mixte paritaire au Sénat, fixe l’objectif de neutralité carbone à l’horizon 2050. Il doit être définitivement adopté en septembre. Si l’ambition affichée doit...

Les aides à l’isolation des logements devraient fortement baisser

Après la prime à la conversion, les aides à l’isolation des logements. Le ministère de la Transition écologique a confirmé la révision à venir des aides à la rénovation énergétique pour les ménages. Cette refonte intervient quelques jours...

Nouvelle prime à la conversion, le gouvernement réduit la dépense pas les émissions

Ne croyez surtout pas que derrière la nouvelle prime à la conversion, le gouvernement est motivé par la baisse des émissions de CO2 et de particules fines. Il entend surtout contrôler et réduire les dépenses.  Ce n’est d’ailleurs pas un...

Les articles de la catégorie Finance

Réaliser la transition énergétique d’ici 2050: «un exercice de pensée magique»

L’expert en énergie du Manhattan Institute, Mark P. Mills, vient de publier une étude qui affirme tout simplement qu’il sera impossible de se passer des énergies fossiles d’ici 2050, un horizon pourtant fixé par des décisions politiques. Son étude s’intitule: «The New Energy Economy: An Exercise in Magical Thinking» (La nouvelle économie de l’énergie: un exercice de pensée magique). Mark Mills explique, chiffres à l’appui, pourquoi il est économiquement, financièrement et technologiquement impossible, selon lui, de se passer des énergies fossiles dans le monde avant la fin du siècle en l’état actuel de nos moyens et de nos capacités techniques. Les énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz) représentent aujourd’hui plus de 80% de l’énergie consommée dans le monde. Les énergies renouvelables «récentes», éolien et solaire, représentent environ 2% de l’énergie utilisée dans le monde. Pour Mark Mills, il a fallu investir 2000 milliards de dollars depuis deux décennies pour passer de presque rien à 2%. La somme nécessaire pour remplacer les 80% restant par des renouvelables n’est même pas calculable et imaginable, d’autant que la...

Transitions & Energies, partenaire des Rencontres du Financement de la Transition Energétique (ISEFI) du 2 juillet

Le 7ème symposium ISEFI intitulé «Les Rencontres du financement de la transition énergétique» se tiendra à Paris le 2 juillet 2019 à la salle beffroi de Montrouge. Transitions & Energies est partenaire de cette manifestation. Organisée par l’Ipag Business School, elle a pour vocation de réunir et de faire dialoguer les chercheurs, les entreprises, les start up, les institutions financières publiques et privées, les collectivités impliqués dans la transition énergétique autour de la problématique du financement de l’innovation et des investissements. Seront présents, les acteurs institutionnels et financiers accompagnant la Transition énergétique (Fonds ONU, Bpifrance, Commission de Régulation de l’Energie …), les banques proposant des financements des projets énergétiques et environnementaux, les énergéticiens, français et internationaux, les entreprises, les élus des territoires et leurs responsables des services concernés par la mise en oeuvre de la transition énergétique, les acteurs des énergies renouvelables et centres de recherche, les chercheurs et experts scientifiques et économiques et les fédérations professionnelles. L’inscription au symposium est gratuite...

Record de financement de la transition énergétique par les grandes banques de développement

Les financements de projets liés au changement climatique par les grandes banques de développement ont atteint des niveaux record en 2018. Les fonds consacrés à ces projets ont augmenté de 60% depuis l’Accord de Paris de 2015 sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre selon un rapport rendu public le 13 juin. Le rapport a été réalisé conjointement par la Banque Africaine de Développement, la Banque Asiatique de Développement, la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement, la Banque Européenne d’Investissement, la Banque Inter-Américaine de Développement et la Banque Mondiale. Les financements assurés par ces six banques multilatérales pour des projets relatifs à la lutte contre le réchauffement climatique ont atteint 43,1 milliards de dollars l’an dernier dans les pays émergents et en développement. Il s’agit d’une augmentation de 22% par rapport à 2017. Ces projets représentent près de 30% des opérations réalisées l’an dernier par ces six banques. Au total, leurs engagements dans des projets relatifs à la transition énergétique et au réchauffement climatique représentent près de 237 milliards de dollars depuis 2011. En 2018, la...

General Electric n’a rien compris à la révolution des renouvelables

General Electric (GE) a longtemps symbolisé la puissance de l’industrie américaine. Le conglomérat né en 1892 n’a cessé d’innover  dans l’énergie, l’aviation, le médical, le numérique, la finance… Ces réacteurs, ces turbines, ces scanners, ces appareils à IRM font toujours référence. General Electric a longtemps été capable d’avoir un flair inégalable pour l’innovation et de lui associer une gestion rigoureuse. Au point d’être considéré comme un modèle. Tout cela appartient au passé. Au fil du temps, le management industriel a été remplacé par les opérations financières. Jeffrey Immelt, Pdg de General Electric de 2001 à 2017, se vantait d’avoir acheté et vendu pour 100 milliards de dollars d’entreprises. Mais certaines transactions se sont avérées catastrophiques. Les crises économique et financières successives – 11 septembre 2001, subprimes en 2008, fluctuations du baril de pétrole – ont mis à mal les stratégies. Les investisseurs ont fini par prendre peur. La capitalisation boursière a fondu en un an de 120 milliards de dollars pour tomber à 87 milliards de dollars. En 2000, GE valait 600 milliards de dollars à Wall...

Avec la multiplication des voitures électriques, l’Etat devra taxer l’utilisation des routes

Si les automobilistes finissent par se convertir en grand nombre à la voiture électrique, les émissions de CO2 baisseront (même si la voiture ne représente en France que 20% des émissions totales)… et l’Etat perdra de nombreuses recettes fiscales. La TICPE (Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques) est la quatrième source de rentrées fiscales en France à plus de 33 milliards d’euros en 2018. Dans un rapport intitulé «Taxer les véhicules, le carburant et l’utilisation des routes», l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economiques) préconise une autre méthode de taxation de l’automobiliste. Fini les taxes sur les carburants, les recettes fiscales se feront sur l’utilisation des routes et via les péages urbains. L’OCDE demande ainsi aux Etats de «repenser leur politique fiscale sur le transport routier», de «s’éloigner de la taxation du carburant et d’adopter «une nouvelle conception des taxes de transport». Cette nouvelle conception revient à «mettre davantage l’accent sur la taxation de l’utilisation des routes, en particulier par le biais des redevances de distance et l’instauration de...

Le plan américain pour se passer des terres rares chinoises

Tandis que Pékin, qui contrôle le marché mondial des terres rares, menace les Etats-Unis d’un embargo sur ces matériaux vitaux pour les secteurs de l’énergie et de l’électronique, Washington annonce un plan pour ne plus être dépendant. Ces minerais indispensables sont très utilisés dans les technologies de pointe et dans l’énergie, notamment la fabrication de moteurs et de batteries de véhicules électriques, de cellules photovoltaïques, d’éoliennes et dans l’exploitation pétrolière…  Sur les 170.000 tonnes de terres rares produites l’an dernier dans le monde, 71% (120.000 tonnes) l’ont été par la Chine. «Ces minéraux critiques sont souvent ignorés mais sans eux la vie moderne serait impossible», a expliqué le 4 juin Wilbur Ross, Secrétaire américain au Commerce. Il a ajouté que le gouvernement fédéral «prend des mesures sans précédents pour s’assurer que les Etats-Unis ne seront pas coupés de ces matériaux vitaux». Le plan d’action contient 61 recommandations et identifie 35 éléments stratégiques dont l’uranium, le titane et… les terres rares. Coïncidence, la veille l’agence de planification économique chinoise tenait une réunion sur un possible...

Edmond de Rothschild lance un fonds sur la transition énergétique

Le groupe Edmond de Rothschild et Pearl Advisory annoncent la première clôture de Pearl Infrastructure, un fonds spécialisé dans les infrastructures environnementales en Europe. Il a récolté 162 millions d’euros de souscriptions. Pearl Infrastructure a notamment obtenu le soutien de deux investisseurs stratégiques, la Banque européenne d’investissement (BEI) et la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC), à hauteur de 30 millions d’euros chacun. L’intervention de la BEI s’opère dans le cadre du fonds européen pour les investissements stratégiques, aussi appelé «Plan Juncker». Pearl Infrastructure cible 12-15 actifs représentant des investissements en actions de 15 à 40 millions d’euros, dans des sociétés intervenant principalement sur trois thématiques: l’eau, la gestion des déchets et la production d’énergie renouvelable. Pearl Infrastructure a pour ambition de parvenir à lever un total de 250 millions d’euros d’ici à la fin de l’année 2019. Pearl Infrastructure a le label TEEC (Transition Energétique et Ecologique pour le Climat) du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire. La création de Pearl Infrastructure répond à un besoin grandissant: financer les industriels et les...

La Chine et l’arme des terres rares

Dans la bataille commerciale contre les Etats-Unis, la Chine menace aujourd’hui d’utiliser son quasi monopole sur les terres rares. Elle est le premier producteur mondial de ces minerais très utilisés dans les technologies de pointe et dans l’énergie, notamment la fabrication de moteurs et de batteries de véhicules électriques, de cellules photovoltaïques, d’éoliennes et dans l’exploitation pétrolière…  Sur les 170.000 tonnes de terres rares produites l’an dernier dans le monde, 71% (120.000 tonnes) l’ont été par la Chine. Et elle entend riposter à la guerre commerciale lancée par Donald Trump. Plusieurs grands journaux chinois, dont l’organe du parti communiste, le Quotidien du peuple, ont agité mercredi 29 mai, la menace d’un embargo sur une partie des exportations de terres rares vers les Etats-Unis. Le langage employé est très significatif notamment la phrase d’un éditorial du Quotidien du peuple, «Ne dites pas que vous n’avez pas été mis en garde», exactement les termes utilisés par le Quotidien du peuple en 1962 quand la Chine est entrée en guerre contre l’Inde. Les États-Unis qui étaient autrefois l’un des plus gros producteurs...

Renationaliser EDF pour lui éviter la faillite 

À la demande de l’État, la direction d’EDF travaille sur une refonte totale du groupe public. Cette transformation radicale porte le nom de code d’Hercule. On ne pouvait choisir meilleure façon d’illustrer l’ampleur de la tâche. Il s’agit de totalement réorganiser EDF et d’apporter une sécurité financière de long terme au géant électrique français pour lui permettre de gérer la transition énergétique. Le comité stratégique du conseil d’administration d’EDF s’est réunit mardi 28 mai pour examiner les premières pistes. Le 7 juin, les 300 cadres dirigeants de l’entreprise seront consultés et ce sera au tour des organisations syndicales le 20 juin. La feuille de route a été donnée par Emmanuel Macron au président d’EDF, Jean-Bernard Lévy, dont le mandat vient d’être renouvelé pour quatre ans. L’idée directrice est d’isoler la production nucléaire et ses risques financiers du reste du groupe. Cette entité nucléaire pourrait aussi comprendre l’hydroélectrique (les barrages) et serait renationalisée. Il faudra alors que l’Etat débourse environ 8 milliards d’euros pour racheter leurs actions aux investisseurs privés. Une autre entité serait créée et...

Plus de 1800 milliards de dollars d’investissements dans l’énergie en 2018

Les conclusions du dernier rapport annuel de l’Agence internationale de l’énergie (IEA) illustrent les difficultés de la transition énergétique. Les investissements réalisés l’an dernier (2018) dans l’énergie dans le monde se montent à 1.800 milliards de dollars. Ils se sont stabilisés par rapport à 2017. Il s’agit d’une relative bonne nouvelle puisque depuis 2015 les investissements dans l’énergie diminuaient. Mais cela reste très insuffisant. «La principale conclusion est que le monde n’investit pas assez dans les moyens traditionnels pour faire face aux évolutions actuelles de la consommation et n’investit pas assez dans les technologies d’énergies propres pour changer de modèle. Quelle que soit la direction où vous regardez, nous accumulons les risques pour l’avenir», affirme le Dr Fatih Birol, Directeur exécutif de l’IEA. Ainsi dans l’ensemble des investissements, la part des renouvelables (hydroélectrique, éolien et solaire) est en baisse. Elle est tombée à 265 milliards de dollars, son plus bas niveau depuis 2014. Selon l’IEA, cette somme doit doubler pour atteindre en 2030 les objectifs de l’accord de...

Bataille boursière pour le pétrole de schiste américain

Le pétrole de schiste aux États-Unis est devenu le théâtre d’une bataille boursière entre deux géants américains de l’industrie pétrolière. Depuis plusieurs semaines, à coup de dizaines de milliards de dollars, Occidental Petroleum et Chevron tentent chacun de prendre le contrôle de leur compatriote Anadarko. Anadarko a d’abord dit oui à Chevron en éconduisant Occidental Petroleum. À 33 milliards de dollars, l’offre était la plus importante OPA du secteur pétrolier depuis 2015. Deux semaines plus tard, fin avril, Occidental revenait à la charge avec une surenchère astronomique de 57 milliards de dollars. Anadarko a changé d’avis. D’autant plus qu’Occidental a reçu un soutien de taille: celui de la holding du milliardaire Warren Buffet, Berkshire Hathaway. Elle promet d’investir 10 milliards de dollars dans Occidental en cas de rachat d’Anadarko. Anadarko est pourtant loin d’être la société pétrolière la plus rentable et prometteuse du marché. Mais c’est l’une des mieux implantées dans le bassin permien et son rachat permettrait à Chevron ou Occidental de devenir un acteur majeur de ce nouvel eldorado du gaz et du pétrole de schiste aux États-Unis. Depuis une quinzaine d’années, le...

La finance verte a encore du chemin à faire

Si les « fonds verts » se multiplient, le manque de financement reste le premier obstacle à la transition énergétique selon le cabinet d’audit et de conseil Mazars. Il constate dans un récent rapport que de nombreux acteurs financiers conservent une attitude conservatrice à l’égard des investissements « verts », liés à la transition énergétique et au développement durable. Il y a clairement un décalage entre le monde financier et celui de l’industrie et des services. Pour réaliser cette étude, Mazars a interrogé 270 dirigeants et décideurs sur leurs intérêts et leurs actions en lien avec la transition énergétique. Il en ressort que si la majorité des entreprises (57%) placent la transition énergétique parmi leurs priorités, elles annoncent dans un même temps manquer de ressources pour initier de tels projets : seuls 29% des PME et 53% des grands groupes disent pouvoir financer leur propre transition. Car dans le même temps, 54% des investisseurs ne voient pas l’intérêt d’investir dans les actifs bas carbone et 64% des acteurs financiers n’en font pas une priorité. Le problème est logiquement plus criant pour les PME dont 71% ont indiqué éprouver des difficultés à dégager...