Transitions & Energies

Quand le gouvernement français redécouvre l’hydrogène

Jusqu'à présent, l'hydrogène a toujours été considéré avec beaucoup de méfiance en France. Ce n'est pas le cas en Allemagne, en Chine, en Corée du sud, au Japon, en Australie... Ces pays ont lancé des plans d'investissements dans cette énergie se...

Les promesses de l’hydrogène naturel issu du sous-sol

Il existe des sources, des réservoirs et des couvertures qui permettent une accumulation d’hydrogène naturel dans le sous-sol. Son extraction commence à être envisagée et les réserves sont potentiellement considérables. La combustion de l'hydrogène...

Le train à hydrogène a de l’avenir

Le constructeur ferroviaire français Alstom a misé depuis plusieurs années, avant tout le monde, sur le train à hydrogène et pile à combustible pour remplacer les rames locales fonctionnant au diesel. Cela semble être un choix judicieux avec des...

Les articles de la catégorie Hydrogène

Centrale de l'ouest guyanais

HDF Energy, du solaire à l’hydrogène

Comment une jeune société bordelaise est devenue un des leaders mondiaux de la production et du stockage d’électricité renouvelable. Entretien avec Damien Havard, président et fondateur de HDF Energy. Hydrogène de France (HDF Energy) est une société innovante française, créée en 2012, spécialisée dans l’énergie solaire et son stockage. Elle est, entre autres, le maître d’œuvre d’un projet spectaculaire de parc solaire en Guyane française avec stockage de l’électricité produite via la fabrication d’hydrogène par électrolyse. La construction de la CEOG (Centrale électrique de l’ouest guyanais) commence dans les prochaines semaines et sa mise en service est prévue en 2022. Elle devrait alimenter au moins 10 000 foyers pendant deux décennies. HDF Energy a aussi signé à la fin de l’année dernière un contrat stratégique de transfert de technologie avec le fabricant canadien de piles à combustibles Ballard Power Systems (BPS), un des leaders mondiaux. Il lui permettra d’assembler à Bordeaux des piles à combustibles puissantes capables de produire plus de 1 MW et destinées avant tout au stockage d’électricité renouvelable (éolienne et solaire). L’usine de 8000 m2 doit commencer à produire en 2022. Le PDG et...

Dubai Parc Solaire

La feuille de route de l’Agence internationale de l’énergie pour relancer l’économie mondiale

Fatih Birol, directeur exécutif de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), n’a jamais été aussi actif que depuis le début de la pandémie de coronavirus. Pour lui, la crise sanitaire doit marquer une inflexion majeure dans la façon dont le monde fabrique et consomme son énergie. Il vient juste de publier une feuille de route pour une relance de l’économie mondiale par la transition énergétique. Fatih Birol a mené une conférence en ligne à la fin de la semaine dernière réunissant des représentants des gouvernements d’une quinzaine de pays dont l’Australie, le Canada, la France, l’Allemagne, l’Inde, l’Indonésie, la Suisse, le Royaume-Uni… et la Commission européenne. L’objectif était de trouver les moyens d’intégrer rapidement les investissements dans l’innovation énergétique et les énergies propres dans les grands plans de relance économique qui suivront la sortie du confinement un peu partout dans le monde. Efficacité énergétique, éolien, solaire, batteries, hydrogène, capture et stockage du CO2 «La question cruciale est de savoir comment créer des emplois et doper la croissance économique avec des investissements dans...

Pile Combustible CEA

La pile à combustible, le cœur du véhicule à hydrogène

Comment transformer un gaz en courant électrique ? C’est le rôle assuré par la pile à combustible dans une voiture à hydrogène, par exemple. S’il n’est pas simple, le phénomène à l’œuvre n’est pas nouveau. Il a été découvert en 1839 par le chimiste allemand Christian Schönbein. Ses travaux sont repris en 1932 par l’ingénieur anglais Francis T. Bacon qui réalise un premier prototype de pile à combustible de 1 kW en1953. L’idée centrale est de faire circuler des électrons entredeux éléments chimiques. Bien avant la découverte de l’électron (1897), Lavoisier étudie dès 1772 cette réaction dite d’oxydoréduction. L’oxydation d’un corps, c’est-à-dire sa réaction avec l’oxygène, se traduit par une perte d’électrons. C’est elle qui produit la rouille lorsque du fer se trouve en contact avec l’oxygène présent dans l’eau ou dans l’air. Si l’on met en relation un corps oxydant, c’est-à-dire capable de recevoir des électrons, et un corps réducteur, c’est-à-dire capable de céder des électrons, on obtient une circulation de ces électrons et, donc, un courant électrique. Une pile à hydrogène, dite à membrane d’échange de protons, est constituée de quatre composants : deux électrodes (anode et cathode) un catalyseur...

Incendie du dirigeable Hindenburg Wikimedia Commons

Les voitures à hydrogène ne sont pas plus dangereuses que les autres

La crainte de l’incendie ou de l’explosion des véhicules à hydrogène semble nourrie par le souvenir du drame du Zeppelin, il y a quatre-vingt deux ans… Depuis, la sécurité a fait des progrès au point de laisser s’installer une station-service hydrogène en plein cœur de Paris où une centaine de taxis circulent déjà en utilisant ce gaz comprimé sous 700 bars. Et les compagnies d’assurance ne considèrent pas que l’hydrogène présente un risque supérieur à celui des autres carburants. Si vous prononcez le mot « hydrogène » dans votre entourage, il est fort probable que la première réaction sera : « Danger ! ». Comme si le spectre du LZ 129Hindenburg planait encore au-dessus de nos têtes. Ce dirigeable de la firme allemande Zeppelin contenant près de200 000 m3d’hydrogène s’est embrasé avant de s’écraser, le 6mai 1937 pendant son atterrissage à Lakehurst, aux États-Unis, provoquant la mort de 35 personnes sur les 97 présentes à bord. Même si les causes précises de l’accident semblent complexes, l’hydrogène a joué un rôle indéniable dans la propagation de l’incendie. Pour autant, aucune des victimes n’aété brulée. Elles sont mortes en sautant dans le vide par crainte des flammes. Les personnes restées à bord...

La ville de l'hydrogène que Toyota veut construire

Le coronavirus et son impact à long terme sur l’énergie, une vision optimiste

Il y a aussi un certain nombre de raisons de croire que la pandémie pourrait avoir des conséquences finalement favorables dans le domaine de l'énergie. Elle pourrait permettre la mise en place de grands plans ambitieux de relance industrielle, de relocalisation et de transformation des modes de vie. Dans le domaine des renouvelables, des batteries, de l'hydrogène, des transports, de la géothermie, du logement...