Transitions & Energies

Peut-on et surtout veut-on retrouver notre prospérité?

Trois pays possèdent plus de 50% des réserves d’uranium

Pour assurer le développement annoncé de l’énergie nucléaire dans le monde au cours des prochaines années, il faudra extraire du sous-sol des quantités grandissantes d’uranium. L’avenir du nucléaire dépend ainsi en grande partie des trois pays possédant plus de la moitié des réserves d’uranium mondiales, l’Australie, le Kazakhstan et le Canada.

Centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly

EDF a connu l’an dernier un redressement impressionnant, mais le plus difficile est encore à venir

Après avoir enregistré des pertes records en 2022, EDF a affiché en 2023 un redressement impressionnant et a dégagé un bénéfice net de 10 milliards d’euros. Tout ce qui a pesé sur les comptes du groupe énergétique public en 2022 - l’arrêt d’une grande partie du parc nucléaire pour des raisons de maintenance, la moindre production hydroélectrique du fait de la sécheresse et l’impact financier du bouclier tarifaire – ont été surmontés. Pour autant, les prochaines années seront encore une épreuve pour EDF compte tenu de conditions de marché moins favorables et des investissements financiers et humains considérables que l’entreprise doit mener pour prolonger la durée de vie de son parc nucléaire existant et pour lancer la construction de nouveaux réacteurs.

Après le «greenwashing», le «greenhushing»?

Le «greenwashing» (blanchiment écologique), la communication à outrance visant à faire passer pour verts, durables et vertueux les produits et les stratégies des entreprises, est tellement omniprésent que nous avons fini par ne plus le percevoir. Mais il est pourtant en plein reflux à cause d’un mouvement qui se généralise baptisé «greenhushing» (silence écologique). Il consiste pour les entreprises à revenir sur leurs ambitions vertes proclamées de crainte maintenant d’être trainées en justice pour être incapables de les respecter. On peut à la fois s’en réjouir, la communication a tout de même des limites, et le déplorer.

Batteries sur roues

Les Français toujours et encore réticents face à la voiture électrique

Contrairement aux discours triomphants et aux campagnes publicitaires incessantes, la conversion vers les véhicules électriques à batteries est tout sauf un chemin de rose. Non seulement, elle met en jeu la survie des constructeurs traditionnels que l’Europe est en train de sacrifier, mais elle se heurte à la réticence persistante des automobilistes. La progression rapide des ventes de véhicules électriques le doit aujourd’hui avant tout aux flottes d’entreprises, aux technophiles qui adorent jouer les précurseurs et aux porteurs de signes. Conquérir le cœur du marché s'avère beaucoup plus compliqué, en France comme dans de nombreux autres pays comme l’Allemagne ou les Etats-Unis. C’est notamment ce que montre la dernière étude annuelle sur l’automobile du cabinet Deloitte. Seules 9% des personnes interrogées en France envisagent l’achat d’une voiture électrique.

Carburants de synthèse, les projets se multiplient

Les carburants synthétiques ou électro-carburants ne sont pas une solution miracle de la transition énergétique et ne sont pas non plus une technologie à rejeter pour des raisons idéologiques obscures. En dépit de leurs désavantages, notamment en termes de coûts et de consommation importante d’électricité verte pour les fabriquer, ils répondent, notamment dans l’industrie lourde et les transports aérien et maritime, a la nécessité de décarboner ses activités. Fabriqués avec de l’hydrogène vert ou décarboné et du CO2 capté dans l’atmosphère, ils sont un substitut sans aucun impact climatique aux combustibles fossiles quand l’électricité ne peut le permettre. Ce n’est donc pas un hasard si des projets se multiplient un peu partout dans le monde et en France.

L’industrie solaire européenne au bord de l’extinction dans l’indifférence générale

Ce qu’il reste de l’industrie européenne des panneaux photovoltaïques ne pourra pas survivre bien longtemps à la déferlante de panneaux à prix cassés venus de Chine. Il n’est pas sûr que l’appel au secours envoyé il y a quelques jours à la Commission européenne puisse la sauver. Pour la bureaucratie bruxelloise, accélérer l’équipement de l’Union en panneaux solaires, grâce à des équipements très bon marché, pourrait permettre d’atteindre les objectifs impossibles de production d’électricité décarbonée renouvelable. Et cela vaut bien le sacrifice final de l’industrie solaire européenne… Bruxelles veut déployer 750 GW de panneaux photovoltaïques dans l’Union d’ici 2030!

La croissance des ventes de véhicules électriques ralentit dans le monde

Que la croissance des ventes de voitures électriques finisse par ralentir n’est pas une surprise et est parfaitement logique. Mais elle se fait un peu partout dans le monde bien plus rapidement que prévu. Cela crée des difficultés supplémentaires pour les constructeurs et rend encore plus incertaines les ambitions irréalistes de nombreux gouvernements, notamment européens, de substitution en quelques années des parcs de véhicules à moteur thermiques par des véhicules électriques.

TotalEnergies fait son entrée dans le nucléaire

Le groupe TotalEnergies a entrepris depuis plusieurs années une diversification impressionnante. Il ne lâche pas le pétrole et le gaz et d’ailleurs multiplie les investissements en Afrique, en Amérique latine et au Moyen-Orient, mais il est aussi engagé dans les renouvelables et maintenant dans le nucléaire, y compris en France. Une rupture.