Transitions & Energies
home

La fin annoncée des voitures populaires

Dans l'imaginaire collectif, les voitures populaires occupent une place à part. Les 2CV, 4L, 4CV, Simca 1000, Coccinelle, Fiat 500, Mini et plus récemment la première génération de Twingo, ont marqué des générations. C'était autrefois. Les voitures populaires, c'est-à-dire offrant à petit prix un service de transport basique, appartiennent au passé.

home

Pourquoi n’y a-t-il pas davantage de bâtiments en bois en France?

Dans l’Hexagone, le secteur du bâtiment contribue à 26% des émissions de gaz à effet de serre directes – jusqu’à 40% si l’on intègre les émissions indirectes. Sa contribution aux efforts nationaux est donc indispensable pour se rapprocher de la neutralité carbone nécessaire à l’équilibre climatique.

home

Comment arrêter l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre avec 300 milliards de dollars

Trois cent milliards de dollars. C’est à la fois beaucoup d’argent et très peu à l’échelle de la transition énergétique et de la nécessité de réduire les émissions de gaz à effet de serre dans le monde. C’est le Produit Intérieur Brut (PIB) du Chili et les dépenses militaires mondiales en deux mois. C’est la somme nécessaire, selon des scientifiques de l’ONU spécialistes du climat, pour «gagner» 20 ans et s’attaquer plus efficacement au réchauffement climatique. Cette somme ne servirait pas à financer le développement de nouvelles technologies et de projets ambitieux d’économies de l’hydrogène, de centrales spatiales solaires ou de capture et séquestration massives du CO2 présent dans l’atmosphère. Non. Il s’agirait «simplement» de «mettre» des tonnes de CO2 dans le sol. «Nous avons perdu la fonction biologique des sols. Nous devons inverser cela», explique Barron J. Orr, Professeur à l’Université de l’Arizona et principal responsable scientifique de la Convention de l’ONU sur la lutte contre la désertification. «Si nous le faisons, nous allons faire des sols une bonne partie de la solution du changement climatique»...

home

L’Europe va imposer la voiture électrique, au risque d’une crise économique et politique

Le magazine Forbes en est maintenant convaincu, la voiture électrique va s’imposer en Europe. Mais cela ne se fera pas sans sévères conséquences économiques, financières, sociales et politiques. «La révolution de la voiture électrique est sur le point de devenir sérieuse en Europe, et comme le changement est imposé par le haut il devrait conduire à de sévères conséquences pour les industriels et à un mécontentement populaire. Quand le message va passer que les voitures neuves ne sont plus abordables et que l’utilisation des transports publics devient une nécessité [quand elle est possible], attendez-vous à une sérieuse réaction politique», écrit Forbes. L’accélération en Europe du passage à la voiture électrique est pour cette année selon le spécialiste allemand du marché automobile Matt Schmidt. Il prévoit que les ventes de véhicules électriques à batterie devraient atteindre 700.000 unités en Europe de l’ouest (Allemagne, France, Grande-Bretagne, Espagne et Italie) en 2020 et un million de 2021. Les normes européennes restreignant massivement les émissions de CO2 des véhicules neufs entrent en vigueur en 2020 et seront encore renforcées au cours de la décennie suivante. Les...

home

L’avenir de l’énergie se joue en Asie, pas en Europe

Un Français, Antoine Becquerel, a découvert l’effet photovoltaïque. Le premier panneau solaire a été fabriqué aux Etats-Unis. Mais quand Abu Dhabi a décidé de construire le plus grand projet au monde de parc solaire, l’émirat a été chercher des partenaires en Asie. Il a passé des contrats avec des entreprises chinoise et japonaise pour construire une centrale qui aura une capacité de production à terme de 1,18 gigawatts générés par 3.2 millions de panneaux solaires. Tout cela, explique le World Economic Forum dans un article récent, «parce que l’Asie, plus que toute autre région au monde, et la Chine, plus que tout autre nation, représentent aujourd’hui l’avenir de l’énergie solaire et sont au coeur de la transition industrielle généralisée des carburants fossiles vers les énergies renouvelables et nucléaires». La «décarbonisation» bouleverse les modes de fabrication et d’utilisation de l’énergie et l’économie mondiale, mais elle a aussi une autre conséquence: elle déplace la base industrielle de l’énergie de l’ouest vers l’est et change la hiérarchie des entreprises et des dominants de cette industrie qui est la première au...

home

L’éolien et le solaire représentent près de la moitié des renouvelables en France

Peu à peu, les capacités des parcs éoliens et solaires raccordés au réseau électrique rattrapent en France celles des centrales hydroélectriques. Ils représentaient fin septembre 2019  près de 48% de la capacité totale des énergies renouvelables (ER). La production totale des ER a couvert 21% de la consommation électrique en France sur les neuf premiers mois de l’année. Si on y ajoute le nucléaire qui lui aussi émet très peu de gaz à effet de serre, la part de l’électricité «propre» est nettement supérieure en France à 90%. Un niveau record qui permet à la France d’émettre moins de la moitié du CO2 de l’Allemagne. Les énergies éoliennes et solaires ont vu leur capacité grandir rapidement depuis un an. Les parcs de production de ces deux types d’énergie renouvelable ont augmenté, en termes de puissance, de 296 MW (solaire) et de 240 MW (éolien) entre juillet et septembre 2019, selon le Panorama de l’électricité renouvelable au 30 septembre réalisé par le réseau électrique français RTE. «Les filières éolienne et solaire contribuent à hauteur de 96,6% à la croissance des énergies renouvelables électriques sur le troisième trimestre 2019. Au 30 septembre 2019, la...

home

New York interdit, pour des raisons de sécurité, la location de vélos et de trottinettes électriques

Les rues comme les trottoirs de New York ne sont pas prêts, dans l’immédiat, à ressembler à ceux de Paris, envahis par les trottinettes et vélos électriques. Le 27 décembre 2019, Andrew Cuomo, Gouverneur de l’État de New York, a opposé son véto à une loi qui prévoyait d’autoriser ces moyens de transport, interdits dans l’État de New-York et donc dans la ville du même nom. Le gouverneur invoque «l’omission inexplicable» de mesures suffisantes de sécurité. Par exemple, le texte n’oblige pas le port du casque et n’impose pas de limites de vitesse. Andrew Cuomo cite notamment la mort de Nelson Miranda Gomez, un jeune homme de 16 ans renversé par un camion fin novembre 2019 tandis qu’il conduisait une trottinette en libre-service Lime. «Les casques sont une nécessité de bon sens qui doit être imposée aux opérateurs de ces véhicules pour protéger la sécurité publique», a déclaré Andrew Cuomo. Il a ajouté qu’il était prêt à discuter en 2020 d’une loi améliorée. Plusieurs élus newyorkais se sont engagés à proposer rapidement un nouveau texte. La loi, adoptée en juin 2019 par les deux chambres du Parlement de l’Etat de New York, avait été...

En ligne dès maintenant


Inscrivez-vous à la newsletter de Transitions&Énergies




Agenda

home
Qui fait quoi dans le monde de l’énergie