Transitions & Energies

Le vélo, solution miracle ou illusion?

Nucléaire et CO2, le vrai du faux

total-direct-energie

Total obtient une première victoire judiciaire contre EDF

EDF, qui avait obtenu jusque-là systématiquement gain de cause, a perdu une manche judiciaire contre les fournisseurs alternatifs d'électricité, menés par Total. Le Tribunal de commerce de Paris a ordonné mercredi 20 mai à EDF de ne plus s'opposer à la suspension du contrat conclu avec Total, en jugeant que ce dernier pouvait bien invoquer la clause de force majeure dans le contexte de l'épidémie de Coronavirus.

BMW i3 Police Anglaise

Le véhicule électrique ne sauvera malheureusement pas la planète

Pour beaucoup de politiques et de commentateurs, l’avenir de l’automobile est tracé, ce sera le véhicule électrique, et ceux qui résistent encore sont les héritiers des nostalgiques des diligences et des voitures à chevaux. Et si c’était plus compliqué que cela ? Et si l’enthousiasme de ces « modernes » avait pour conséquence un carnage de l’industrie automobile française (et allemande) sans bénéfice ni pour le consommateur, ni pour le contribuable, ni pour la planète ? Commençons par bousculer une idée répandue mais erronée, à savoir que le véhicule électrique sauve la planète car il ne rejette pas pendant son utilisation de gaz à effet de serre. La science nous apprend à regarder l’ensemble du cycle carbone depuis la production des matières premières, la fabrication, l’utilisation et le recyclage avant d’affirmer la« neutralité carbone ». Les calculs faits sur le véhicule électrique à cet égard ne plaident pas en sa faveur car les matériaux utilisés pour fabriquer les batteries sont très énergétivores, de même pour le recyclage, tandis que l’infrastructure nécessaire à la recharge est un problème complexe. Par ailleurs tout dépend de l’origine de l’électricité, la disponibilité obligatoire aux...

Déchets nucléaires

Le nucléaire et ses déchets, une machine à fantasmes

La solution de l’enfouissement dans une couche géologique protectrice n’était pas indispensable. La recherche de solutions pérennes doit être privilégiée. C’était le sens des travaux entrepris avec Phénix et Superphénix. S’il est une peur savamment entretenue depuis soixante-quinze ans, c’est bien celle des dangers de l’énergie nucléaire en s’appuyant sur l’explosion de la bombe à Hiroshima qui a fait des milliers de morts, mais aussi d’irradiés à l’agonie plus ou moins rapide et aux séquelles insupportables. L’utilisation civile de l’énergie nucléaire dans bon nombre de pays du monde déclenche toujours l’effroi à la fois d’une explosion et d’une contamination. C’est ainsi que le mouvement écologiste qui a commencé par se préoccuper de l’avenir de notre environnement en se transformant souvent en militance antinucléaire mêlant le civil au militaire et le cataclysme aux irradiations. Rationaliser les peurs est un objectif impossible et les promoteurs de la physique nucléaire, expliquant les bienfaits de leur profession pour produire une électricité pilotable et bon marché, ont passé leur vie à essayer de convaincre des contradicteurs toujours très nombreux. En ce qui concerne les risques d’accident...

Forêt Corse

Rien ne se perd, tout se transforme: la vraie nature de l’énergie

Au-delà de sa réalité quotidienne faite de factures, de taxes, du prix du litre de carburant, l’énergie a un rôle fondamental que parfois nous perdons de vue. Cela est vrai sur le plan de la physique pure comme dans la vie des civilisations humaines… À partir du moment où le monde qui nous entoure change, de l’énergie entre en jeu. Une variation de température consomme ou restitue de l’énergie. Un changement d’état de la matière – gazeux, liquide, solide – utilise ou restitue de l’énergie. Un changement de vitesse d’un corps consomme de l’énergie. Changer une forme nécessite de l’énergie. Toucher à la composition des atomes fait intervenir de l’énergie. L’humanité utilise toujours plus d’énergie pour alimenter des machines pour extraire, transformer, travailler et déplacer les ressources minérales ou biologiques qui composent les objets de toute nature qui nous font vivre. Cela est vrai de notre alimentation, du monde numérique, des immeubles, des voitures, des navires, des avions, des usines, des champs, des infrastructures… Nous utilisons toujours plus d’énergie pour faire fonctionner nos machines à transporter (automobiles, camions, bus, trains, avions, bateaux, fusées) et pour les construire...

Sidérurgie

Durant le confinement, les émissions mondiales de CO2 auront diminué de 7,3%

La baisse des émissions de CO2 dans le monde au cours des quatre premiers mois de l'année devrait avoir été de 7,3% dont 5,8% au premier trimestre. Ce recul provient avant tout des transports et de l'industrie dont l'activité a considérablement baissé avec le confinement planétaire. C'est à la fois beaucoup et peu dans un contexte aussi exceptionnel de pandémie.

sidérurgie wikimedia commons

De l’hydrogène pour fabriquer de l’acier

Développer des technologies permettant de produire de l'acier sans énergies fossiles est essentiel à la transition. Le groupe sidérurgique suédois Ovako vient de faire la démonstration qu'il peut produire commercialement de l'acier en remplaçant du gaz naturel par de l'hydrogène.

Les modeles Tesla

Bob Lutz continue à répéter que Tesla va disparaître

Ancien dirigeant de Ford, Chrysler et General Motors, Bob Lutz est un critique historique de son Tesla et de son flamboyant et controversé fondateur, Elon Musk. Il juge toujours que le premier constructeur de voitures électriques au monde ne peut survivre faute de rentabilité. La Bourse ne semble pas du tout d'accord.

En ligne dès maintenant


Inscrivez-vous à la newsletter de Transitions&Énergies




Agenda

home
Qui fait quoi dans le monde de l’énergie