Transitions & Energies

Allemagne, un plan massif d’infrastructures pour les voitures électriques

Allemagne, un plan massif d’infrastructures pour les voitures électriques

L’Allemagne mesure bien aujourd’hui le danger que représente pour sa toute puissante et dominante industrie automobile la transition des motorisations thermiques vers l’électrique que ce soit à batteries ou via l’hydrogène et la pile à combustible. La première étape pour permettre à l’industrie automobile allemande et à ses grands constructeurs, le groupe Volkswagen, Daimler-Benz et BMW, de survivre et de prospérer consiste à leur assurer qu’ils pourront d’abord vendre leurs nouveaux véhicules dans leur marché intérieur. Volkswagen entend commercialiser 22 millions de voitures électriques d’ici 2028 et a investi 30 milliards d’euros pour y parvenir.

Le gouvernement d’Angela Merkel vient donc de présenter au début de la semaine un «plan» de plus de 3 milliards d’euros pour développer le réseau de bornes de chargement. L’un des principaux obstacles avec l’autonomie au succès des véhicules électriques à batterie est le manque d’infrastructures collectives comme privées pour les recharger.

De façon assez symbolique et pour marquer son soutien à une industrie confrontée à une mutation sans précédent, Angela Merkel a fait ses annonces à la suite de la présentation par Volkswagen de la future «Golf» 100% électrique, le modèle ID.3. Il a été lancé officiellement par Herbert Diess, le patron de Volkswagen dans l’usine de Zwickau. La chancelière a rencontré les constructeurs et le secteur de l’énergie pour établir un «plan magistral pour les infrastructures de chargement».

«un million de bornes d’ici 2030»

Il s’agit du deuxième volet de la stratégie de soutien au véhicule électrique. Le gouvernement allemand a déjà mis en place  une prime à l’achat de 4.000 euros pour les petits modèles et des avantages fiscaux pour les voitures de fonction électriques. «Nous voulons arriver à un million de bornes d’ici à 2030», a annoncé Angela Merkel. Pour donner un ordre d’idée de l’effort que cela représente, il y a actuellement 21.000 points de chargement en Allemagne…

Le «plan magistral» prévoit d’investir 3 milliards d’euros d’ici à 2023 et bien plus encore ensuite pour le développement d’une infrastructure de chargement «alternative», incluant l’électrique et l’hydrogène. Dès 2020, 50 millions d’euros seront mis sur la table pour développer les seules installations privées. «L’industrie devra y prendre part», a prévenu la chancelière.

Les critères pour installer massivement des bornes dans les stations d’autoroute seront annoncés en 2020. Le plan évoque aussi des mesures pour «encourager» la construction de bornes de rechargement sur les parkings, notamment ceux des supermarchés. Enfin, un «centre national de coordination» sera créé d’ici à la fin de l’année pour répartir les tâches entre le gouvernement et l’industrie, et entre l’Etat Fédéral, les régions et les communes. Comme toujours, l’Allemagne a pris son temps, mais sa stratégie est aujourd’hui claire et massive.

En ligne dès maintenant


Inscrivez-vous à la newsletter de Transitions&Énergies




Agenda

Allemagne, un plan massif d’infrastructures pour les voitures électriques
Qui fait quoi dans le monde de l’énergie