Transitions & Energies
Train Charbon Wikimedia

En 2021, le monde a consommé un niveau record d’énergie


Selon la très respectée «Statistical Review of World Energy» publiée depuis 71 ans par BP, la consommation mondiale d’énergie primaire a augmenté l’an dernier de 5,8% par rapport à 2020. Elle a ainsi atteint un niveau plus élevé qu’en 2019 (+1,3%), avant la pandémie de Covid-19, et tout simplement le niveau le plus élevé jamais atteint. Cette augmentation de la demande a été avant tout tirée par les économies émergentes les plus peuplées, la Chine et dans une moindre mesure l’Inde. Les énergies fossiles ont représenté plus de 82% de la consommation d’énergie primaire et plus de 61% de la production d’électricité dans le monde.

La compagnie pétrolière britannique BP vient de publier pour la 71ème année sa très attendue «Statistical Review of World Energy 2022» (Revue statistique de l’énergie dans le monde en 2022). Le constat est sans surprise. «Les défis et les incertitudes auxquels est confronté le système énergétique mondial sont les plus importants depuis près de 50 ans. La revue statistique de BP sur l’énergie mondiale montre que les pénuries croissantes et la hausse des prix illustrent l’importance grandissante à la fois de la sécurité et de l’accès à l’énergie à des coûts maîtrisés. Et tout cela parallèlement à la réduction des émissions de carbone… Les sources d’énergie à faible émission de carbone et les technologies nécessaires pour parvenir à une décarbonation rapide et profonde existent aujourd’hui -l’éolien et l’énergie solaire, les biocarburants, l’hydrogène bleu et vert, le CCUS (captage, utilisation et stockage du carbone) et l’élimination du dioxyde de carbone. Le défi consiste à les appliquer à un rythme et à une échelle sans précédent.»

La consommation d’énergie et les émissions de CO2 relatives ont augmenté de près de 6% en 2021

En 2021, la consommation mondiale d’énergie primaire s’est élevée à 595,15 exajoules ou EJ (Unité de mesure d’énergie du Système international valant 1018 joules). Elle a augmenté de 5,8% par rapport à 2020 et s’est établie à un niveau supérieur à la consommation d’avant la pandémie de Covid-19 (+ 1,3% par rapport à 2019). C’est aussi un niveau de consommation d’énergie jamais atteint dans l’histoire. Cette hausse de la demande a été avant tout tirée par les économies émergentes les plus peuplées, la Chine et dans une moindre mesure l’Inde. Les émissions de CO2 liées à l’énergie ont augmenté dans les mêmes proportions que la consommation, atteignant près de 33,9 milliards de tonnes en 2021, soit 5,9% de plus qu’en 2020.

En 2021, le monde a consommé un niveau record d’énergie

Evolution de la consommation d’énergie primaire par sources d’énergie en exajoules

En 2021, le monde a consommé un niveau record d’énergie

Evolution géographique de la consommation d’énergie en exajoules

En 2021, les énergies fossiles ont représenté plus de 82% de la consommation d’énergie primaire (contre 83% en 2019 et 85% il y a cinq ans) et plus de 61% de la production d’électricité dans le monde. En valeur absolue, la consommation d’énergies fossiles est restée «globalement inchangée» entre 2019 et 2021, mais avec des différences assez marquées entre le pétrole, le charbon et le gaz naturel.

La consommation de pétrole a augmenté de 5,3 millions de barils par jour (b/j) en 2021, mais est restée inférieure de 3,7 millions de b/j par rapport au niveau de 2019. La majeure partie de la croissance de la consommation provenait de l’essence (1,8 million de b/j) et du diesel/gazole (1,3 million de b/j). Au niveau régional, la majeure partie de la croissance a eu lieu aux États-Unis (1,5 million de b/j), en Chine (1,3 million de b/j) et dans l’Union Européenne (570.000 b/j). La production mondiale de pétrole a augmenté de 1,4 million de b/j en 2021, l’OPEP+ représentant plus des trois quarts de cette augmentation. Enfin, la capacité de raffinage a diminué pour la première fois en plus de 30 ans.

La demande de charbon ne faiblit pas

Le charbon reste une source d’énergie majeure. Il a assuré 36% de la production électrique mondial en 2021 (contre 35% en 2020). Son prix a augmenté fortement l’an dernier, atteignant en moyenne en Europe 121 $/tonne et en Asie 145 $/t, son plus haut niveau depuis 2008. La consommation de charbon a augmenté de plus de 6% en 2021 pour atteindre 160 EJ, ​​légèrement supérieure à celle de 2019 et à son plus haut niveau depuis 2014. La Chine et l’Inde ont représenté plus de 70% de la croissance de la demande de charbon l’an dernier.

Les prix du gaz naturel ont aussi fortement rebondi dans les trois principales régions gazières en 2021, quadruplant pour atteindre des niveaux annuels records en Europe (TTF en moyenne de 16,02 $/mmBtu) et triplant sur le marché asiatique du GNL au comptant (JKM en moyenne de 18,60 $/mmBtu). Les prix du Henry Hub aux États-Unis ont presque doublé pour atteindre une moyenne de 3,84 $/mmBtu en 2021 – leur niveau annuel le plus élevé depuis 2014. La demande mondiale de gaz naturel a augmenté de 5,3 % en 2021, dépassant les niveaux d’avant la pandémie de 2019 et franchissant pour la première fois la barre des 4.000 milliards de mètres cubes. Sa part dans l’énergie primaire en 2021 est restée inchangée par rapport à l’année précédente à 24 %.

En 2021, le monde a consommé un niveau record d’énergie
La part des renouvelables continue à augmenter dans la production d’électricité

La production d’électricité a augmenté de 6,2 % en 2021, ce qui est comparable au rebond observé en 2010 au lendemain de la crise financière (6,4 %). L’éolien et le solaire ont représenté 10,2% de la production d’électricité en 2021. C’est la première fois que l’éolien et le solaire ont fourni ensemble plus de 10% de l’électricité mondiale et dépassé ainsi la contribution de l’énergie nucléaire.

L’énergie primaire renouvelable (y compris les biocarburants mais hors hydroélectricité) a augmenté d’environ 5,1 EJ en 2021, ce qui correspond à un taux de croissance annuel de 15%, supérieur aux 9% de l’année précédente et supérieur à celui de toute autre énergie en 2021. La capacité solaire et éolienne a continué de croître rapidement l’an dernier augmentant de 226 GW, proche de l’augmentation record de 236 GW enregistrée en 2020.

La Chine est restée le principal moteur de la croissance des capacités solaires et éoliennes l’année, assurant respectivement 36% et 40% des ajouts de capacité mondiale. La part des filières renouvelables hors hydroélectricité dans le mix électrique mondial a atteint 13% en 2021 (contre 15% pour l’hydroélectricité). La production d’hydroélectricité a diminué d’environ 1,4 % en 2021, la première baisse depuis 2015 du fait de conditions météorologiques défavorables dans plusieurs régions du monde (sécheresses).

Le nucléaire compte pour près d’un dixième de la production annuelle d’électricité dans le monde. La production nucléaire a augmenté de 4,2% en 2021 -la plus forte progression depuis 2004- tirée par la Chine.

En 2021, la Russie a compté pour 40% de la consommation de gaz naturel de l’Union européenne et pour environ 25% des importations de pétrole des États membres (voir ci-dessous).

En 2021, le monde a consommé un niveau record d’énergie

Poids des importations européennes d’énergie provenant  de Russie

 

La rédaction

En ligne dès maintenant


Inscrivez-vous à la newsletter de Transitions&Énergies




Agenda

En 2021, le monde a consommé un niveau record d’énergie
Qui fait quoi dans le monde de l’énergie