Transitions & Energies

Le portrait robot du propriétaire d’une voiture électrique en France

Nouvelle Renault Zoe

La voiture électrique, dont 42763 modèles se sont vendus en France l’an dernier, reste réservée à une clientèle privilégiée. Son propriétaire est en moyenne un homme, âgé de 56 ans, vivant en milieu urbain, roulant assez peu et dont le foyer possède -au moins- un deuxième véhicule.

Il se sera finalement vendu 42.763 voitures électriques en France en 2019. Cela représente 38% d’augmentation par rapport à 2018 et 1,93% d’un marché du neuf de 2.214.279 voitures particulières, en progression de 1,9% par rapport à 2018 grâce notamment à la crainte des nouvelles normes d’émissions entrées en vigueur le 1er janvier 2020. Parmi les modèles électriques, la Renault Zoe domine largement le marché avec 18.817 exemplaires immatriculés l’an passé devant la Tesla model 3 (6.455), la Nissan Leaf (3.738) et la BMW i3 (2.956).

Plus intéressant encore, Auto Plus, donne des informations sur les acheteurs particuliers de ces véhicules. Le magazine a eu accès à des données fournies par AAA-Data, Clean Technica et le groupe SGS. Tout d’abord, et sans surprise, les véhicules électriques appartiennent majoritairement à des flottes d’entreprises. Sur les 203.910 véhicules électriques de tous types circulant en France métropolitaine en novembre 2019, seuls 88.928 étaient détenus par des particuliers. Le reste appartenait à des entreprises, que ce soit des voitures particulières ou des utilitaires. Ramené au parc total de 32,7 millions de voitures particulières, la part de marché de l’électrique dans les véhicules en circulation reste anecdotique, 0,3%!

Urbain, privilégié, âgé

Sur le plan sociologique, l’âge moyen des propriétaires est de 56 ans. Dans 85% des cas, il s’agit d’un homme qui habite très majoritairement en milieu urbain (71%). Le groupe SGS, numéro un du contrôle technique, a pu estimer la distance moyenne parcourue par les voitures électriques à partir du kilométrage relevé des contrôles. Les 12.555 véhicules électriques qui sont passés dans un centre Auto Sécurité ou Sécuritest depuis janvier 2018 affichaient un kilométrage moyen annuel de 8.664 kilomètres. Un chiffre proche de celui des voitures à essence (9.000 kilomètres selon l’Insee) mais assez nettement inférieur aux diesels (15.900 kilomètres).

Dans la majorité des cas, la voiture électrique est un deuxième voire même un troisième véhicule. Selon l’étude internationale menée l’été dernier par Clean Technica, à la question «Combien y a-t-il de véhicules motorisés dans votre foyer?», 36% des propriétaires français d’électriques interrogés en ont déclaré deux, 22% en ont revendiqué trois et 6% quatre ou plus! Lorsque la question est posée aux seuls propriétaires de Tesla, des véhicules dont le prix est supérieur à 50.000 euros, ils sont encore plus nombreux à posséder au moins deux voitures (71%). Et selon les données d’AAA-Data, sur le panel des propriétaires qui possèdent au moins deux voitures, dans 54% des cas la deuxième est un diesel.

Aujourd’hui, la voiture électrique semble donc réservée à une clientèle privilégiée et qui en aucun cas n’est représentative de la majeure partie des utilisateurs de voitures en France. il s’agit d’un homme, âgé en moyenne de 56 ans, vivant en milieu urbain, roulant assez peu et dont le foyer possède en général -au moins- un deuxième véhicule. Il y a donc encore beaucoup de chemin à parcourir, notamment en terme à la fois de performances techniques (autonomie,  facilité et rapidité de recharge) et de prix d’achat accessible, pour que le véhicule électrique soit un jour adopté massivement.

En ligne dès maintenant


Inscrivez-vous à la newsletter de Transitions&Énergies




Agenda

Le portrait robot du propriétaire d’une voiture électrique en France
Qui fait quoi dans le monde de l’énergie