Transitions & Energies
Tesla superchargeur

Sale temps pour les voitures électriques


Le coût d’usage des véhicules électriques à batteries est évidemment directement lié au tarif de l’électricité. Les particuliers bénéficiant du bouclier tarifaire ne sont pas trop affectés par l’envolée des tarifs de l’électricité quand ils rechargent à domicile. Mais dans les réseaux de bornes de recharge la facture devient salée. Elle devrait l’être aussi dans les entreprises et les collectivités. Et puis cet hiver en cas de risques de pénurie d’électricité, l’alimentation des bornes pourrait être coupée dans la journée.

L’envolée des prix de l’électricité et les risques de pénurie, toujours d’électricité, vont rendre plus difficile la vie des automobilistes ayant basculé vers les véhicules électriques à batteries… Une illustration de la stratégie problématique de transition des voitures thermiques vers les voitures électriques qui a consisté à pousser les constructeurs et les automobilistes vers l’électrique sans avoir mis en place dans le même temps les infrastructures de recharge, de distribution et même de production d’électricité pour rendre leur usage plus facile et plus compétitif.

Car si l’électricité rare et chère devient permanente, cela va finir par mettre en péril le schéma imposé en Europe par les institutions communautaires et les gouvernements d’une substitution accélérée des véhicules thermiques par les électriques à batteries. Si à l’usage les voitures électriques deviennent plus chères que les diesel ou essence, il va être difficile de convaincre les acheteurs. On n’en est pas encore là. Mais…

Tesla augmente fortement ses tarifs

Au début de la semaine, Tesla a envoyé un email à tous ses clients pour leur faire part d’une augmentation des tarifs sur ses superchargeurs. En France, le prix du kilowattheure passe à 0,67 euro, c’est 19 centimes de plus que lors de la précédente hausse en mars. À cette époque, les tarifs de la recharge avaient augmenté de huit centimes.

La hausse est encore plus nette pour les conducteurs de véhicules d’une autre marque qui voudraient se brancher sur les Superchargeurs, puisque le prix est affiché à 0,79€/kWh. Un «ajustement» selon Tesla, nécessaire face à la hausse des tarifs de l’électricité, le prix du mégawattheure ayant dépassé 1.000 euros. En près de trois ans, les tarifs de recharge de Tesla ont quasiment triplé.

Ainsi, pour une recharge complète d’une Tesla Model 3 Grande Autonome ayant une batterie de 80 KwH, la facture oscillera donc 53 et 63€ pour environ 400Km d’autonomie sur autoroute, soit pratiquement le coût d’un véhicule à essence de milieu de gamme. Avec la ristourne accordée par l’État sur l’essence, cumulée à celle de TotalEnergies, un plein en essence peut même revenir moins cher.

Et pour un véhicule fonctionnant au diesel, l’avantage est net face à l’électrique… rechargé sur une borne Tesla. La consommation moyenne des voitures électriques en France est de 17 kWh / 100km pour un coût de 0,79 euro le kWh. Cela donne un tarif de 13,43 euros pour 100 km. La consommation moyenne des voitures Diesel en France est de 5l / 100km pour un tarif moyen à la pompe de 1,62 euro le litre. Cela donne un tarif de 8,10 euros pour 100 km.

Nos voisins européens sont logés à la même enseigne par Tesla. Aux Pays-Bas, le kWh est à 0,72€, en Allemagne à 0,70€ et il grimpe à 0,77€ au Danemark, à 0,74€ en Belgique et à 0,71€ en Norvège. Sans tenir compte des prix grand public (hors abonnés Tesla). Là, il faut compter 0,89€ le kWh au Danemark et 0,84€ aux Pays-Bas.

En cas de situation critique du réseau, les bornes ne seront plus alimentées

En France, Tesla n’est pas le seul opérateur à augmenter ses prix. Allego vient, par exemple, de passer à 0,98 EUR/ kWh. Pour l’instant, la plupart des autres concurrents sont plus intéressants: Fastned reste à € 0.59 par kWh, Total à 0,49 €/kWh et Ionity à 0.69 €/kWh. Mais les seuls vrais gagnants aujourd’hui sont les possesseurs des premières Tesla. Ils bénéficient d’un avantage incroyable aujourd’hui la recharge illimitée et gratuite à vie. Un avantage qui évidemment n’existe plus!

Mais pour qu’il existe, il faut encore que les bornes soient alimentées… Elles pourraient ne plus l’être en journée si la situation du réseau électrique français devient critique cet hiver. RTE a présenté la semaine dernière sa stratégie pour affronter l’hiver 2022-2023 et les risques de pénurie d’électricité. Et les véhicules électriques sont concernés.

Parmi les mesures annoncées, qui consistent à réduire plus ou moins drastiquement la demande, le gestionnaire du réseau annonce le possible «décalage» de la recharge des véhicules électriques, un mot qui signifie coupure de l’alimentation des bornes à certaines heures… Le «décalage» s’appliquerait en cas d’alerte rouge via le dispositif Ecowatt mis en place par RTE. Ce dernier repose sur un code couleur qui classe en trois catégories le niveau de tension du système électrique, le rouge correspondant à une forte tension et le vert à une consommation normale.

RTE propose tout simplement de couper l’accès aux bornes de recharge dans les parkings des entreprises et des collectivités locales pendant les plages horaires marquées par une forte consommation électrique, soit de 8 heures à 13 heures et de 18 heures à 20 heures. Et ce sera aux entreprises, aux administrations et aux collectivités locales qui abritent et alimentent des bornes de recharge de les couper du réseau.

Cela pourrait permettre d’économiser environ 0,2 gigawatt par jour. A peine plus de 10% de la puissance des deux réacteurs de la centrale nucléaire de Fessenheim qui ont été arrêtés définitivement en 2020.

 

 

La rédaction

En ligne dès maintenant


Inscrivez-vous à la newsletter de Transitions&Énergies




Agenda

Sale temps pour les voitures électriques
Qui fait quoi dans le monde de l’énergie