Transitions & Energies

La Bourse de Luxembourg se dote d’une académie de la finance verte

Finance verte logo ministère finances Luxembourg

Des plans de relance économiques vont se succéder dans les prochains mois et la transition énergétique en prendra une part importante. Il faudra mêler les financements des Etats, de grandes institutions, des marchés financiers et d’entreprises privées. Le Luxembourg se dote des outils pour y contribuer aujourd’hui comme demain.

Le Luxembourg a de grandes ambitions dans le financement de la transition énergétique. Le Grand-Duché s’est déjà doté depuis 2016 du LGX (Luxembourg Green Exchange) devenue la première place mondiale où sont cotées les obligations vertes (green bonds).Ce n’est qu’une étape.

Une autre vient d’être franchie avec l’ouverture le 5 mai de la LGX Academy. Elle propose des formations sur mesure, individuelles et collectives, des séminaires, aux professionnels de la finance ou aux étudiants pour approfondir leur compréhension de la finance durable. Le développement du financement de la transition énergétique nécessite d’avoir des financiers à même de comprendre et de juger les nouveaux modèles économiques et technologiques. Ce besoin n’était pas suffisamment satisfait jusqu’à aujourd’hui.

L’immense potentiel de la finance verte

Prendre une telle initiative en plein cœur d’une pandémie qui affecte profondément l’économie mondiale, cela peut sembler paradoxal. Mais cela ne l’est pas. Des plans massifs de relance des économies mondiales vont se succéder dans les prochains mois et la transition énergétique en prendra une bonne part. La finance verte devient encore plus indispensable. Elle doit associer les financements des Etats, de grandes institutions internationales, des marchés financiers et d’entreprises privées. Le Luxembourg se dote des outils pour y jouer un rôle non négligeable aujourd’hui comme demain.

Comme l’explique à Paperjam Julie Becker, CEO adjoint de la Bourse du Luxembourg et fondatrice du LGX, «l’équipe du LGX a été fréquemment sollicitée pour partager ses connaissances et son expérience au niveau réglementaire et pratique».

Avant son lancement, la LGX Academy a travaillé avec la Société financière internationale, la Banque internationale à Luxembourg et l’Université du Luxembourg. Elle a reçu le statut de «gestionnaire d’un organisme de formation professionnelle continue» du Grand-Duché de Luxembourg. Elle a enfin conclu un partenariat avec la House of Training.

Le potentiel de la finance verte apparait immense si l’on mesure l’importance des fonds gérés dans le monde à partir de critères dits de durabilité. Selon la Global Sustainable Investment Alliance, ils représentaient 30.700 milliards de dollars en 2018, en augmentation de 34% par rapport à 2016. Et dans la seule Union Européenne, ils sont passés de 12.040 à 14.075 milliards de dollars, toujours de 2016 à 2018.

La finance verte «possède une capacité catalytique pour permettre et accélérer la transition vers une économie bas-carbone et se matérialise par une palette d’instruments qui se multiplient. Des obligations aux indices verts, en passant par les prêts verts, et par la mobilisation de capitaux en expansion, le secteur grandit quantitativement et qualitativement» écrit le Centre Energie & Climat de l’Ifri (Institut français des relations internationales) dans un rapport publié le mois dernier. Sans financements massifs de l’innovation et de nouvelles infrastructures énergétiques, la transition n’a aucune chance de réussir.

En ligne dès maintenant


Inscrivez-vous à la newsletter de Transitions&Énergies




Agenda

La Bourse de Luxembourg se dote d’une académie de la finance verte
Qui fait quoi dans le monde de l’énergie