Transitions & Energies

La longue marche du photovoltaïque

Solar_panels_on_a_roofwikimediacommons

Dans son dernier rapport, l’Observatoire des énergies renouvelables souligne à la fois la progression de l’énergie solaire, et le fait qu’elle a représenté en 2019 une très faible part de la production d’électricité en Europe et en France. La différence entre les discours et la réalité.

L’énergie solaire a le vent en poupe. Elle est plébiscitée par les médias, par les grands organismes internationaux et par l’opinion publique dans les sondages sur la transition énergétique. Elle est presque la solution à tous les problèmes de la transition énergétique. Elle est facile à installer, modulable et ne nécessite pas des infrastructures et des installations importantes et coûteuses. Avec un investissement compris entre 6.000 et 30.000 euros, un particulier peut installer des panneaux sur le toit de sa maison. Le coût des parcs et des centrales solaires, allant de dizaines à des milliers de panneaux ou de miroirs pour concentrer le rayonnement et produire de la chaleur, va de quelques centaines de milliers à quelques centaines de millions d’euros.

Et puis le prix de l’énergie solaire ne cesse de baisser. Il a perdu plus de 80% depuis 2010. Le prix du watt photovoltaïque, qui était de l’ordre de 2 dollars il y a dix ans, variait en 2018 entre 0,093 et 0,28 dollar suivant les technologies utilisées. Peu importe l’efficacité du solaire photovoltaïque lorsque son coût devient aussi bas et les délais de retour sur investissement de plus en plus courts. Et ce n’est pas terminé. Selon les partisans du solaire, les prix des panneaux solaires pourraient encore baisser de 50% au cours des dix prochaines années et être, dans le même temps, capables de générer 50% de plus d’électricité à taille égale, notamment avec la technologie dite des cellules photovoltaïques en tandem. Enfin, le solaire ne dégrade pas les paysages autant que les éoliennes dont l’installation se heurte à des résistances de plus en plus fortes.

4% de la production d’électricité en Europe

Voilà toutes les raisons pour que la progression de l’énergie solaire soit irrésistible. Mais elle a aussi de sérieux points faibles, peu souvent mis en avant, et qui expliquent le fait qu’aujourd’hui encore la part de l’électricité solaire reste marginale. Ces inconvénients sont nombreux. Ils ont pour nom: intermittence, faibles rendements, difficultés économique comme technique du stockage de l’électricité, faible intensité de cette énergie qui nécessite d’occuper de grandes surfaces, contraintes liées au niveau d’ensoleillement, matières premières très polluantes nécessaires à la fabrication des panneaux, difficultés de leur recyclage. On peut y ajouter la baisse considérable de rendement des panneaux quand leur température est élevée. Enfin, se pose la question de l’indépendance nationale. Les usines chinoises fabriquent plus de 70% des panneaux photovoltaïques dans le monde. Comme les masques…

Dans un rapport publié le 18 mai, l’Observatoire des énergies renouvelables souligne à la fois la progression de l’énergie solaire et dans le même temps, le fait qu’elle a représenté encore en 2019 une très faible part de la production d’électricité en Europe et en France. Il y a en plus une différence importante entre la puissance installée théorique et la production réelle…

La filière solaire photovoltaïque a produit l’an dernier près de 131,8 TWh dans l’Union européenne contre 122,9 TWh en 2018. La puissance crête cumulée des parcs photovoltaïques des 28 États membres a augmenté l’an dernier de 13,6% pour atteindre 130,7 GW à fin 2019 et 117 GW sans le Royaume-Uni. La puissance installée dans le monde représente plus de 600 GW. Elle est de 204 GW en Chine et de 76 GW aux Etats-Unis.

Puissance photovoltaique installée Europe
Puissance photovoltaique installée Europe

Le solaire photovoltaïque a en moyenne compté pour un peu plus de 4% de la production brute d’électricité de l’Union européenne à 28 en 2019. En France métropolitaine, cette part était limitée l’an dernier à 2,2%. L’Allemagne et l’Italie ont compté à elles seules pour 54% de la production solaire photovoltaïque dans l’Union européenne (voir le graphique ci-dessus).

Toute puissance chinoise

L’Observatoire des énergies renouvelables met en avant «la solidité du marché solaire allemand, le retour au premier plan du marché espagnol et la montée en puissance des marchés néerlandais, belge, polonais, hongrois et grec

Mais il souligne également le fait que l’industrie chinoise écrase la production mondiale de modules photovoltaïques. (Voir ci-dessous). Cela signifie que développer l’énergie solaire et relocaliser la production industrielle sont contradictoires. A moins de tenter de relancer sur le sol européen et français une industrie qui a été abandonnée il y a dix ans

Principaux fabricants panneaux solaires
Principaux fabricants panneaux solaires

En ligne dès maintenant


Inscrivez-vous à la newsletter de Transitions&Énergies




Agenda

La longue marche du photovoltaïque
Qui fait quoi dans le monde de l’énergie