Transitions & Energies
Bougie wikimedia commons

La grande comédie des économies d’énergie


Le gouvernement va présenter le 6 octobre son catalogue de mesures d’économies d’énergie pour l’hiver. La plupart de ses mesures ont déjà fuité et si certaines sont sérieuses d’autres sont de purs gadgets de communication. Une façon de montrer que les pouvoirs publics agissent pour éviter les pénuries et de masquer les errements des stratégies énergétiques menées depuis de nombreuses années.

A défaut d’avoir mené depuis des années une stratégie de transition énergétique pertinente, réaliste et responsable, le gouvernement fait aujourd’hui des économies d’énergie un objet de communication pour montrer qu’il agit contre les pénuries potentielles. Il est vrai qu’il n’a plus que ce levier pour traverser l’hiver, notamment si ce dernier est rigoureux. Et la guerre en Ukraine est devenue un moyen facile, trop facile, en France comme en Europe, de nier les responsabilités des décideurs qui depuis des années ont perdu de vue que la souveraineté énergétique et la sécurité des approvisionnements sont des questions majeures. Les politiques énergétiques ne peuvent pas être seulement menées par des considérations politiciennes à courte vue.

La Première ministre, Elisabeth Borne, va donc présenter le 6 octobre un catalogue de mesures plus ou moins efficaces et plus ou moins sérieuses comportant bon nombre de purs gadgets de communication et d’effets d’annonce. Mais il s’agit d’une «sobriété choisie» et de faire appel à la «responsabilité de chacun». Maintenant, en cas de risques sérieux de pénuries et d’inefficacité du plan de sobriété, le gouvernement se dit prêt à prendre des mesures contraignantes allant jusqu’à des coupures de gaz et d’électricité. L’objectif annoncé est de réduire de 10% la consommation d’énergie par rapport à 2019. Mais le plan de sobriété ne doit assurer qu’un tiers de cette baisse…

La plupart des mesures de sobriété, le mot utilisé pour ne pas dire économies, ont déjà fuité. On se souvient des premiers épisodes de la comédie des économies d’énergie avec le col roulé de Bruno Le maire et ensuite du Président de la République Emmanuel Macron en passant par la doudoune de la Première ministre Elisabeth Borne pour finir par le député de la majorité Gilles Legendre qui étend son linge plutôt que d’utiliser un sèche linge. Le degré zéro de la politique.

Voilà donc le catalogue de mesures du plan de sobriété énergétique.

Baisse de la vitesse des véhicules de service de la fonction publique

La température des bâtiments administratifs sera diminuée d’un degré supplémentaire (à 18 degrés et non pas 19) en cas de grande tension énergétique, c’est-à-dire si l’indicateur Ecowatt est rouge. Ces bâtiments n’utiliseront plus d’eau chaude dans les sanitaires à l’exception des douches.

Les employés de la fonction publique seront incités à opter pour le télétravail via une revalorisation de 15% de l’indemnité dédiée. Les véhicules de service devront se soumettre à une baisse de vitesse de 20km/h sur les autoroutes (110 au lieu de 130) et de 10km/h sur les voies rapides (100 au lieu de 110). Mais il s’agit d’une consigne…

Un ambassadeur de la sobriété énergétique et un chèque pour le covoiturage

Dans le privé, le plan de sobriété prévoit une charte de seize actions concrètes à caractère incitatif afin d’encourager la lutte contre le gaspillage, la réduction de l’éclairage, le recours au ferroviaire, l’automatisation du chauffage et la désignation d’un ambassadeur de la sobriété énergétique. Un plan de sobriété sera présenté au Comité social et économique et aux délégués syndicaux.

À partir du 1er janvier 2023, les particuliers pourront bénéficier d’un chèque de 100 euros s’ils s’inscrivent sur une plateforme de covoiturage. Nul doute que les inscriptions vont se multiplier.

Les collectivités ont également leur lot de mesures, notamment pour les infrastructures publiques. La température des piscines sera abaissée d’un degré, celle des gymnases de deux degrés. L’éclairage des stades sera également diminué.

Le plan prévoit aussi une extinction des enseignes lumineuses entre 1h et 6h du matin ainsi que des éclairages publics s’ils sont équipés d’un boîtier horloge permettant de couper l’alimentation.

Et surtout de la communication

Le gouvernement va mettre en place une intense campagne de communication lancée dès la semaine prochaine. Elle insistera notamment sur le chauffage à 19 degrés dans les pièces principales et à 17 degrés dans les chambres, le chauffe-eau limitée à 55 degrés, l’arrêt des appareils en veille ou encore l’usage décalée des machines en dehors des pics de consommation.

Enfin, la fameuse météo de l’énergie avec le code couleur Ecowatt créé par le gestionnaire du réseau électrique RTE sera présentée à la télévision et la radio. Il permettra aux Français de connaître l’état de la consommation nationale en permanence.

La rédaction

En ligne dès maintenant


Inscrivez-vous à la newsletter de Transitions&Énergies




Agenda

La grande comédie des économies d’énergie
Qui fait quoi dans le monde de l’énergie