Transitions & Energies

Quel est l’avenir des stations services?

home

Pétrole, l’affolement n’aura pas duré longtemps

En dépit de l’affolement des observateurs et de l’annonce d’un choc pétrolier d’ampleur, les prix du pétrole seront finalement restés sous contrôle la semaine dernière. L’attaque coordonnée menée le 14 septembre par plus de 25 drones et missiles de technologie iranienne contre deux installations saoudiennes majeures, celles de Abqaiq et de Khurais, a amputé de près de 60% la production journalière du royaume. Il y a eu 17 points d’impact à Abqaiq, la plus grande installation de traitement pétrolier au monde, et encore plus à Khurais. Les dommages infligés aux deux sites ont réduit la production pétrolière journalière du pays de 5,7 millions de barils sur un total de 9,8 millions. Abqaiq a traité l’an dernier environ la moitié de la production de la compagnie pétrolière nationale Aramco. L’installation retire le souffre et divers produits volatils du brut venant des champs géants saoudiens avant qu’il soit pompé vers les raffineries ou les terminaux d’exportation. Khurais est le deuxième plus important champ pétrolier saoudien avec une capacité de 1,45 million de barils par jour. Il produisait 1,2 million de barils quotidiennement avant...

home

Un bioréacteur fonctionnant avec des algues absorbe 400 fois plus de CO2 que les arbres

Dans quelques années, votre bureau pourrait bien être équipé d’un nouvel appareil à coté de la photocopieuse et de la machine à café. Un bioréacteur fonctionnant avec des algues. Le prototype (voir la photographie ci-dessus) a la taille d’une armoire. On peut l’installer dans les bureaux ou sur le toit des immeubles et il peut capturer autant de carbone dans l’atmosphère qu’un acre (4 000 mètres carrés) d’arbres. La capacité des algues à absorber le CO2 est considérée comme une des plus puissantes armes technologiques pour limiter la présence de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Et la société américaine Hypergiant Industries en a fait un outil efficace et facile à utiliser. «Ce qu’il y a d’incroyable avec les algues, c’est qu’elles sont très peu chères et qu’il est facile de les faire se développer. Elles ont seulement besoin de soleil, de CO2 et d’eau», explique Ben Lamm, le Pdg et le fondateur d’Hypergiant Industries. Cette société de technologie, spécialisée dans l’intelligence artificielle, a appelé son prototype Eos Bioreactor. Comme les algues grandissent beaucoup plus rapidement que les arbres...

home

Seule une baisse du prix de l’hydrogène en fera une vraie énergie de substitution

L’hydrogène est considéré depuis des années comme une énergie pouvant remplacer un jour les carburants fossiles, notamment le pétrole et le gaz. L’hydrogène est l’élément le plus abondant dans l’univers et quand il est utilisé comme énergie ne produit aucun gaz à effet de serre. Mais ces avantages sont restés théoriques parce que la production d’hydrogène propre, sous forme gazeuse et à une échelle industrielle est problématique. Elle est difficile techniquement, coûteuse et jusqu’à aujourd’hui fait appel avant tout à un processus industriel utilisant des énergies fossiles et émettant du CO2. Mais cela est en train de changer. Sur l’aspect économique, le coût de la production d’hydrogène devrait considérablement baisser au cours des prochaines années et rendre cette énergie enfin accessible. Telle est la conclusion d’une étude publiée par BloombergNEF. «Quand l’industrie commencera à changer de dimension, de l’hydrogène renouvelable sera produit à partir de l’éolien et du solaire pour le même prix que le gaz naturel en Europe et en Asie», écrit Kobad Bhavnagri, responsable des projets spéciaux de BloombergNEF. «Ces coûts de...

home

Pourquoi les moteurs diesel peuvent difficilement prétendre à la vignette Crit’Air 1

Pour les constructeurs automobiles, leurs nouveaux moteurs diesel polluent peu et méritent tout autant que les moteurs à essence récents la vignette Crit’Air 1. Le gouvernement a demandé une étude indépendante pour valider ou non cette thèse. On a vu aussi se multiplier des campagnes expliquant que le diesel «moderne« avait encore un avenir. Des affirmations que ne confirment pas, loin de là, des contrôles antipollution réalisés à Paris sur plus de 180.000 véhicules. La motorisation diesel, au moins pour les voitures particulières et les petits utilitaires, semble bel et bien condamnée à terme, notamment dans les grandes villes. C’est en tout cas le voeu, sans surprise, de la Mairie de Paris et de son adjoint au maire, Christophe Najdovski, surnommé méchamment «Monsieur bouchons». Il est responsable des transports, de la voirie, des déplacements et de l’espace public. La municipalité de Paris, qui a annoncé son intention d’interdire les moteurs diesels dans la capitale en 2024, et est en campagne électorale, entend justifier sa décision. Elle présentait il y a quelques jours les résultats du volet français du projet TRUE (The Real Urban Emissions initiative), mis en œuvre par l’ICCT...

home

Les voitures électriques sont là, il reste maintenant à trouver des acheteurs

Il a fallu une décennie pour que les constructeurs automobiles traditionnels prennent la voiture électrique au sérieux et investissent, contraints et forcés, des dizaines de milliards pour produire une avalanche de nouveaux modèles. Plus de 300 seront mis en vente d’ici la fin de l’année 2021. Et comme le Salon de l’automobile de Francfort vient de le montrer, ces nouveaux véhicules seront bien dans les concessions dans les prochains mois et viendront rejoindre les Tesla, Zoé, Leaf, et autres I3… Mais maintenant commence la partie la plus difficile, réussir à les vendre et à convaincre des acheteurs réticents. Le pari est loin d’être gagné. Il suffit de regarder les chiffres en France au premier semestre. Les voitures électriques ont représenté 1,8% des immatriculations de véhicules neufs… Comme le souligne Bloomberg, le message des constructeurs adressé aux consommateurs soucieux de l’environnement ne suffit pas. Le marketing et la publicité sont des outils efficaces mais ils n’effacent pas les doutes et les complications d’utilisations liés au véhicule électrique. Les consommateurs n’aiment pas, sur des achats aussi importants qu’une...

home

Les deux scénarios de la transition: rapide ou graduelle

A quelle vitesse la transition énergétique va-t-elle se réaliser et quelles en seront les implications sur notre mode de vie, sur nos sociétés et sur l’économie mondiale? Personne ne peut répondre aujourd’hui à ces questions tant elles sont complexes, tant elles dépendent de technologies qui ne sont pas matures et de décisions politiques impossibles à anticiper. Le World Economic Forum’s Global Future Council on Energy s’est tout de même lancé dans ce difficile exercice et vient de rendre public, le 12 septembre, une étude évaluant avec précision les scénarios possibles. Il y en a fait deux: celui d’une transition rapide et celui d’une transition graduelle. Dans le premier cas, la consommation d’énergies fossiles dans le monde commence à diminuer dans dix ans, dans le second, elle augmente encore jusque dans les années 2040 et les objectifs d’émissions de gaz à effet de serre de la COP21 ne seront pas atteints. Le point de départ a le mérite d’être bien connu. Aujourd’hui dans le monde, 81% de l’énergie provient de sources fossiles (pétrole, gaz, charbon), le même pourcentage qu’il y a trente ans. Le plus grand défi de la transition...

En ligne dès maintenant


Inscrivez-vous à la newsletter de Transitions&Énergies




Agenda

home
Qui fait quoi dans le monde de l’énergie