Transitions & Energies
Paris Champs Elysées Wikimedia Commons

Douze millions de voitures bientôt interdites dans les métropoles. Pourquoi?

Les zones de faibles émissions ou ZFE vont se multiplier en France d'ici à 2024. Elles ont pour objet d'interdire la circulation des véhicules les plus anciens qui sont à la fois les plus polluants (particules fines et dioxyde d'azote) et les plus émetteurs de gaz à effet de serre. Le problème est que la circulation automobile ne joue qu'un rôle relativement limité dans la pollution atmosphérique. Ce qu'ont démontré les expériences en grandeur réelle de baisse de la circulation qu'ont été les deux périodes de confinement de l'année 2020. Il y a eu à chaque fois des pics de pollution en région parisienne! Mais il est facile, et sans doute électoralement payant, de s'attaquer à l'automobile. Même si cela ne règle pas vraiment les problèmes de pollution atmosphérique et contribue à creuser le fossé entre la France des grandes villes et la France périphérique.

home

Le dernier numéro du magazine Transitions & Energies est paru

Transports, rien ne sera plus comme avant Le nouveau numéro de Transitions & Energies vient de paraitre. Titré, «Energie et Transport, la révolution qui vient», il consacre notamment un dossier approfondi à la révolution des transports. Elle ne fait que commencer mais son impact sera considérable sur nos modes de vie et nos économies. Elle aura pour conséquence inévitable de renchérir le coût des transports et d’en réduire l’offre pour les marchandises comme pour les personnes. La mondialisation à base d’énergies fossiles signifiait des transports toujours plus nombreux, toujours moins coûteux, toujours plus rapides et sur des distances toujours plus grandes. Ce ne sera plus le cas. Le problème est que les technologies de substitution sont loin d’être matures et suffisantes. Pour ce qui est des transports terrestres, la voie est celle du moteur électrique. À savoir l’électrification directe, avec les batteries, et indirecte avec l’hydrogène vert produit par électrolyse et transformé par une pile à combustible. Les batteries pour les véhicules légers et sur des distances relativement courtes et l’hydrogène pour les marchandises, l’utilisation intensive et les longues distances. Dans les domaines...

Airseas 2

La marine marchande revient à la voile

Le retour de la marine marchande à voile n'est pas pour demain ni après-demain. Mais utilisée comme un complément et comme un moyen de réduire la consommation et les émissions de gaz à effet de serre des grands cargos qui sillonnent les mers, la voile a sans doute un rôle à jouer dans la transition. C'est ce que veut démontrer depuis 2016 la start-up toulousaine Airseas avec son aile-voile.

Indice 2020 de transition énergétique du WEF

En 2020 déjà, la France dans le top 10 de la transition… grâce au nucléaire

La publication d'un article mettant en avant le fait que la France était le quatrième pays le plus vert selon un classement de la MIT Technology review ayant provoqué une polémique, nous republions un article de 2020 sur un classement tout aussi flatteur de la France par le World Economic Forum. Cette fois, la France occupe la huitième place mondiale de l'indice de transition énergétique. Elle la doit notamment à une production d'électricité abondante, fiable et très peu émettrice de CO2 grâce au nucléaire.

Montreal

La demande énergétique mondiale est grandement sous-estimée

Les modèles utilisés par la quasi-totalité des organismes qui font des prévisions et construisent des scénarios de transition surévaluent les économies d’énergie réalisables. S'il est bien possible de décorréler croissance économique et consommation d'énergie, ils négligent tous l’effet rebond ou paradoxe de Jevons. C'est-à-dire l’ensemble des mécanismes économiques et comportementaux qui annulent systématiquement une partie des économies d’énergie. Environ 50% des économies d’énergie semblent compensées par ce phénomène.

Mine de cobalt RDC

Sommes nous au début d’une ère de flambée des matières premières?

La transition énergétique peut, en partie, se résumer à utiliser des métaux plutôt que du pétrole pour avoir de l'énergie. Les panneaux solaires, les batteries, les piles à combustibles, les éoliennes, les réseaux électriques, les moteurs électriques nécessitent de grandes quantités de métaux pour être fabriqués. Si la demande ne cesse de croître au cours des prochaines années, les cours des matières premières vont s'envoler, une perspective dangereuse.

En ligne dès maintenant


Inscrivez-vous à la newsletter de Transitions&Énergies




Agenda

home
Qui fait quoi dans le monde de l’énergie