Transitions & Energies
Centrale nucléaire

Corrosion: les 56 réacteurs nucléaires du parc français pourraient être concernés

La situation se complique encore pour EDF aux prises avec la découverte à l'automne dernier sur certains des 56 réacteurs de son parc de problèmes de corrosion sur des canalisations du système de sécurité. Le problème qui affecte les modèles les plus récents et les plus puissants (1.450 et 1.300 MW), pourrait aussi concerner le modèle le plus répandu de 900 MW, soit 32 réacteurs. Dans ce cas, les travaux de contrôle et de réparations éventuelles pourraient se prolonger pendant des années. EDF n'avait pas vraiment besoin de cela, et le programme nucléaire français, non plus.

Inflation 1923_gdansk_500mln

La stagflation verte

Nous manquons et nous allons manquer de pétrole, de gaz, d'électricité, de lithium, de cuivre, de cobalt, de terres rares, mais aussi de blé, de café... Nous sommes passés en quelques mois de l’illusion d’un monde d’abondance à un monde de pénuries. Paradoxalement, c’est une formidable opportunité pour mener enfin une transition énergétique construite non pas sur des slogans et des solutions simplistes mais sur la maîtrise des technologies et des approvisionnements. Article paru dans le numéro 12 du magazine Transitions & Energies.

Ferme solaire en Australie

Projets d’énergies renouvelables, les débats publics ne servent à rien et sont même nuisibles

Les oppositions locales aux projets d'énergies renouvelables, parcs éoliens, méthaniseurs, centrales solaires, se sont multipliées au cours des dernières années et sont devenues de plus en plus virulentes. L'organisation de débats publics factices, pour réduire les oppositions et officiellement pour tenter de confronter les points de vue, n'a aucun impact et s'avère même contreproductive. Ils radicalisent les points de vue pour la bonne raison qu'ils n'ont aucun effet sur les décisions.

Cristaux de Soufre Célestine Wikimedia Commons

Une découverte accidentelle pourrait bouleverser le monde de la batterie et des véhicules électriques

Des chercheurs de l'université américaine Drexel ont découvert par hasard qu'une forme particulière de soufre empêche les batteries de se dégrader. En théorie, les batteries lithium-soufre sont supérieures dans tous les domaines aux batteries lithium ion que nous utilisons dans tous les appareils électroniques et les véhicules électriques. Beaucoup plus denses sur le plan énergétique, moins polluantes, moins dangereuses, moins coûteuses. Seul problème de taille, elles s'usent très rapidement. Mais cette incroyable découverte peut tout changer et faire une réalité de la voiture électrique avec 1.000 kms d'autonomie et une batterie presque inusable.

En ligne dès maintenant


Inscrivez-vous à la newsletter de Transitions&Énergies




Agenda

home
Qui fait quoi dans le monde de l’énergie