Transitions & Energies
home

Les renouvelables ont besoin du gaz naturel

Pendant des décennies, le gaz naturel a été le parent pauvre du pétrole. Il n’a pas comme l’or noir permis l’ascension de fortunes et de dynasties, comme celles des Rockfeller ou de la famille royale saoudienne. Il n’a pas contribué à la victoire des alliés lors de la seconde guerre mondiale. Il n’a pas été à l’origine de bouleversements géopolitiques majeurs, notamment après les chocs pétroliers des années 1970. Mais le gaz est en train de changer de statut et de prendre une importance grandissante économique comme politique. Dans son livre, The New Geopolitics of Natural Gas, publié en 2017, l’universitaire Agnia Grigas explique que le point de départ de ce changement est technologique. L’extraction et le transport de ce combustible se sont nettement améliorés et en conséquence les marchés du gaz se sont étendus et mondialisés. L’évolution des technologies a conduit à une expansion rapide du commerce mondial du gaz naturel liquéfié (GNL). Fin 2015, 17 pays exportaient du GNL tandis que 33 autres en importaient, reliant des marchés régionaux autrefois isolés. Ensuite, la révolution du gaz de schiste a contribué à transformer le rôle des Etats...

home

Pourquoi le monde ne parviendra pas à réduire les émissions de CO2 de moitié d’ici 2030

L’an dernier, le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), écrivait que «limiter le réchauffement climatique à 1,5°C nécessite des changements rapides, profonds et sans précédents dans tous les aspects de la société». Plus spécifiquement, «les émissions humaines de dioxyde de carbone (CO2) devront diminuer de 45% entre les niveaux de 2010 et ceux de 2030 et être proches de zéro en 2050». Depuis, cet objectif a été repris à leur compte par de nombreux dirigeants politiques, écologistes ou pas. Mais cela ne veut pas dire qu’il soit réaliste et de fait le monde est très loin de s’approcher même vaguement de ses objectifs. Il ne s’agit pas d’une opinion, mais de faits. C’est ce que démontre un article écrit pour Forbes par Roger Pielke, Professeur de l’Université du Colorado. Cela ne signifie pas que la transition énergétique est impossible et qu’elle ne va pas se faire. Mais elle prendra du temps, beaucoup de temps. Les évolutions énergétiques se font sur des décennies. On peut le déplorer. Mais ignorer cette réalité ne la changera pas. C’est pourquoi il faut la prendre en compte et essayer de la gérer. «Une centrale...

home

Un brevet de la marine américaine sur un réacteur nucléaire à fusion

Le US Naval Air Warfare Center Aircraft Division (le Centre de la marine américaine sur la guerre aérienne) vient de déposer un brevet étonnant qui a des allures de science-fiction. Il s’agit d’une technologie qui permettrait, théoriquement, de fabriquer un réacteur nucléaire à fusion de petite taille. Il pourrait être installé dans des navires et leur fournir une énergie inépuisable. La fusion nucléaire est le graal des scientifiques et chercheurs. Il s’agit de la réaction atomique qui se produit au coeur des étoiles. En théorie, un réacteur à fusion serait capable de produire une énergie presque sans limite, propre et sans déchets. Toujours en théorie, deux grands réacteurs à fusion pourraient fournir en abondance toute l’énergie nécessaire à l’ensemble de la planète. Le principe de la fusion, comme son nom l’indique, consiste a fabriquer de l’énergie par la fusion de deux noyaux atomiques légers tandis que les réacteurs nucléaires actuels utilisent, eux, la fission, c’est-à-dire cassent un gros noyau atomique en plusieurs morceaux, ce qui génère également de l’énergie.
 Mais la fusion en produit beaucoup plus. Le problème, de taille, est qu’il est...

home

Allemagne, un plan massif d’infrastructures pour les voitures électriques

L’Allemagne mesure bien aujourd’hui le danger que représente pour sa toute puissante et dominante industrie automobile la transition des motorisations thermiques vers l’électrique que ce soit à batteries ou via l’hydrogène et la pile à combustible. La première étape pour permettre à l’industrie automobile allemande et à ses grands constructeurs, le groupe Volkswagen, Daimler-Benz et BMW, de survivre et de prospérer consiste à leur assurer qu’ils pourront d’abord vendre leurs nouveaux véhicules dans leur marché intérieur. Volkswagen entend commercialiser 22 millions de voitures électriques d’ici 2028 et a investi 30 milliards d’euros pour y parvenir. Le gouvernement d’Angela Merkel vient donc de présenter au début de la semaine un «plan» de plus de 3 milliards d’euros pour développer le réseau de bornes de chargement. L’un des principaux obstacles avec l’autonomie au succès des véhicules électriques à batterie est le manque d’infrastructures collectives comme privées pour les recharger. De façon assez symbolique et pour marquer son soutien à une industrie confrontée à une mutation sans précédent, Angela Merkel a fait...

home

Nous ne sommes pas prêts de manquer de pétrole

Après une brève envolée au lendemain des attaques du 14 septembre contre des installations pétrolières saoudiennes, le prix du pétrole est retombé depuis autour de 60 dollars le baril. A en croire le New York Times, le prix du pétrole devrait continuer à être bas au cours des prochaines années, non seulement parce que l’économie mondiale ralentit, mais aussi parce que l’offre devrait être encore plus abondante. «Une augmentation de la production est programmée, que le monde en ait besoin ou pas. Ce flot de pétrole brut va arriver même si les inquiétudes sur le changement climatique grandissent et si la demande mondiale de pétrole ralentit. Et il ne vient pas des producteurs habituels, mais du Brésil, du Canada, de la Norvège et du Guyana…», écrit le New York Times. Ces quatre pays devraient ajouter en 2020 un million de barils supplémentaires à la production mondiale et encore environ un million de barils en 2021. La production mondiale est aujourd’hui de 80 millions de barils par jour en dépit des difficultés de grands pays producteurs comme le Venezuela et la Libye et de l’embargo américain contre l’Iran. Cette production supplémentaire n’est pas le fruit...

home

Une révolte en Allemagne contre les éoliennes

Contrairement à d’autres régions d’Allemagne et d’autres pays en Europe, les verts n’ont pas fait un bon score dans le Land de Thuringe à l’occasion, il y a deux semaines, des élections régionales. En revanche, la parti d’extrême-droite, l’AfD, a atteint un niveau record. Ce n’est évidemment pas la seule raison qui explique aussi le recul très net des partis traditionnels allemands, CDU et SPD, mais l’AfD est le seul à s’opposer aux éoliennes. Elles sont devenues si impopulaires en Allemagne que leur développement est aujourd’hui presque à l’arrêt explique l’agence Bloomberg. Au mois de mai dernier, le magazine Der Spiegel dénonçait en Une l’échec de la révolution énergétique allemande, l’Energiewende. «Le boom de l’éolien est terminé», prévenait Der Spiegel. Le plus grand projet politique allemand depuis la réunification, la transition massive avec des centaines de milliards d’euros d’investissements de la production d’électricité vers les renouvelables, solaire et éolien, ne donne pas les résultats attendus en terme de baisse des émissions de gaz à effet de serre et devient extrêmement...

En ligne dès maintenant


Inscrivez-vous à la newsletter de Transitions&Énergies




Agenda

home
Qui fait quoi dans le monde de l’énergie