Transitions & Energies
Partie du Soleil NASA

L’Etat s’attaque aux rentes du photovoltaïque

Certains contrats signés par l'Etat il y a plus de dix ans et garantissant le prix d'achat assurent une rentabilité considérable à des producteurs d'électricité photovoltaïque. Le gouvernement a décidé de les remettre en cause pour économiser des centaines de millions d'euros par an. Mais ce faisant, il prouve une fois encore que les engagements de l'Etat ont très peu de valeur... même une décennie après la signature de contrats.

Investissement Vert

La finance verte, en être ou pas

Pour mieux orienter les flux financiers vers la transition énergétique, 
le premier défi consiste à être capable d’identifier précisément les activités contribuant le plus aux émissions de gaz à effet de serre ou à leur élimination. C’est tout l’art de la taxonomie, terme barbare et anglicisme distingué. Article publié dans le numéro 6 du magazine Transitions & Energies.

Bar d'argent métal wikimedia commons

L’argent, le métal de la transition

Les cours de l'argent métal sont très spéculatifs, encore plus que ceux de l'or. Mais l'utilisation industrielle du métal qui a la meilleure conductivité devrait s'envoler au cours des prochaines années. Il est aujourd'hui indispensable dans les panneaux solaires et dans les packs de batteries pour véhicules électriques.

Autoroute A43 wikimedia commons

La très forte rentabilité des concessions d’autoroutes est totalement injustifiée

L'automobiliste en France est une vache à lait. Les taxes sur l'automobile ont représenté l'an dernier pas moins de 83,9 milliards d'euros, 36% des recettes fiscales nettes. Mais il n'y a pas que l'Etat à ponctionner à outrance l'automobiliste. Les concessions d'autoroutes, en situation de fait de monopoles, ont une rentabilité anormalement élevé. Les prix des péages sont dans les faits exorbitants.

Barrage de Monteynard

Soutenir les renouvelables et pas l’hydroélectrique serait une aberration

La première source d'énergie renouvelable en France, l'électricité provenant des barrages, est menacée de stagnation voire de régression. L'ouverture à la concurrence exigée par Bruxelles a stoppé net tout nouveau projet. En plus, sans soutien équivalent à celui des autres renouvelables, éoliens et solaires, les investissements dans l'hydroélectrique sont devenus impossibles. La France va-t-elle abandonner une source d'énergie propre, renouvelable et en plus mobilisable en fonction de la demande?

En ligne dès maintenant


Inscrivez-vous à la newsletter de Transitions&Énergies




Agenda

home
Qui fait quoi dans le monde de l’énergie