Transitions & Energies
Un four solaire industriel pour recycler l’acier

Un four solaire industriel pour recycler l’acier


La société suisse Panatere qui fabrique des pièces en acier pour l’horlogerie, l’équipement médical et l’aéronautique, va commencer à utiliser dans les prochains mois un four solaire à concentration pour fondre le métal recyclé.

Fondre de l’acier en concentrant le rayonnement solaire. Ce n’est qu’une première étape dans la décarbonation de la sidérurgie, mais elle a le mérite d’être tangible. Elle le sera dans quelques mois quand, Panatere, entreprise suisse de microtechnique, sera la première au monde à utiliser un four solaire industriel pour fondre le métal. Elle fabrique des composants en acier et acier inoxydable destinés à l’horlogerie, l’équipement médical et l’aéronautique qui seront issu du recyclage et fabriqué avec de l’énergie décarbonée et renouvelable. Le four aura dû commencer à fonctionner le 27 septembre. Mais des oppositions locales ont retardé son démarrage. Ce ne devrait être que partie remise.

Produire son propre acier décarboné

La démarche de Panatere est inédite. Plutôt que de continuer à s’approvisionner en achetant des barres métalliques en Chine, la PME a décidé de produire son propre acier. L’entreprise collectera sa matière première -copeaux et autres déchets- auprès des entreprises de l’usinage décolletage de l’arc jurassien dans une logique d’économie circulaire. Elle en fera des lingots. Ces derniers seront ensuite utilisés pour sa propre production ou vendus à des sociétés homologues intervenant dans l’horlogerie, l’équipement médical et l’aéronautique. Panatere affirme ainsi diviser par 165 l’empreinte carbone par rapport à l’utilisation de l’acier standard.

Développé par Panatere, en collaboration avec l’École Polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), l’Office fédéral de l’environnement et la Fondation suisse pour le climat, le four solaire industriel à concentration sera opérationnel avant la fin d’année sur le site la Chaux-de-Fonds dont le temps d’ensoleillement annuel est estimé à 1.500 heures. Il représente un investissement de 25 millions d’euros.

57 fours solaires dans le monde

L’outil pilote de Panatere pourra atteindre 2000 °C et fondre 50 tonnes d’acier, d’inox ou de titane en 2023. Une quantité amenée à croître rapidement. D’ici à 2026, la société espère atteindre 400 tonnes. Trois à cinq nouveaux fours sont d’ores et déjà prévus pour y parvenir.

Il existe en tout aujourd’hui 57 fours solaires opérationnels mais qui servent exclusivement à la recherche et pas à la production industrielle. Le four solaire de Mont-Louis (Pyrénées-Orientales) en France a servi à qualifier les pièces qui seront produites à partir de l’acier vert de Panatere.

 

 

 

 

La rédaction

En ligne dès maintenant


Inscrivez-vous à la newsletter de Transitions&Énergies




Agenda

Un four solaire industriel pour recycler l’acier
Qui fait quoi dans le monde de l’énergie