Transitions & Energies

Toyota va construire au Japon la ville du futur alimentée à l’hydrogène

Toyota va construire au Japon la ville du futur alimentée à l’hydrogène

Toyota a annoncé à l’occasion du Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas, qui se tient du 7 au 10 janvier, son intention de construire au Japon au pied du Mont Fuji, sur un terrain de 71 hectares, la ville du futur (voir image ci-dessus). Appelée Woven City (la ville tissée), elle aura un écosystème totalement connecté, durable, alimenté essentiellement en énergie par de l’hydrogène.

Toyota a annoncé à l’occasion du Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas, qui se tient du 7 au 10 janvier, son intention de construire au Japon au pied du Mont Fuji, sur un terrain de 71 hectares, la ville du futur (voir image ci-dessus). Appelée Woven City (la ville tissée), elle aura un écosystème totalement connecté, durable, alimenté essentiellement en énergie par de l’hydrogène.

Le réseau sera organisé comme un maillage organique donnant son nom à la ville. Seuls des véhicules électriques, à hydrogène et à batteries, et autonomes pourront emprunter les axes principaux. Les livraisons et les transports seront assurées par des véhicules autonomes baptisés e-palettes et des drones.

La ville sera «un laboratoire vivant» avec de vrais activités et de vrais habitants. Elle abritera des habitants et des chercheurs, 2.000 personnes au début, qui y vivront en permanence et pourront tester et développer des technologies comme la robotique autonome, la mobilité individuelle sans émissions de gaz à effet de serre, les maisons et les infrastructures totalement connectées, le contrôle numérique en temps réel de toutes les infrastructures de la ville.

Robots domestiques, véhicules autonomes, connexions permanentes, intelligence artificielle

Toyota souligne que construire entièrement une ville, même à une petite échelle, est une opportunité unique pour améliorer et développer les technologies du XXIème siècle. Ainsi, les personnes, les robots, les bâtiments et les véhicules seront tous connectés les uns aux autres et communiqueront au travers de capteurs et de données. Cette infrastructure va notamment permettre au constructeur automobile de tester l’intelligence artificielle de ses véhicules et du réseau à la fois de façon virtuelle et réelle. Toyota a l’intention de proposer à des partenaires privés et universitaires et à des scientifiques du monde entier, de participer à l’expérience.

Woven City sera dessinée par l’architecte danois Bjarke Ingels. Son cabinet, Bjarke Ingels Group, a conçu des projets de grande renommée comme la deuxième tour du World Trade Center de la ville de New York, la Lego House au Danemark ou le siège de Google à Mountain View en Californie.

Woven City aura trois types de rues, celles pour les véhicules rapides, celles pour les véhicules lents, les piétons et la mobilité personnelle et celles pour la promenade et les personnes à mobilité réduite. La ville sera totalement durable et la plupart des bâtiments seront construits en bois en utilisant les méthodes traditionnelles japonaises et des systèmes de production robotisées. Toutes les habitations disposeront de robots domestiques pour aider à accomplir les tâches domestiques. Les toits seront couverts de panneaux solaires et participeront avec des piles à combustible, alimentées en hydrogène, à fournir de l’énergie à la ville et à ses habitants. On trouvera enfin dans les rues et les parcs de la végétation naturelle et des cultures hydroponiques. Le projet doit commencer au début de l’année 2021.

En ligne dès maintenant


Inscrivez-vous à la newsletter de Transitions&Énergies




Agenda

Toyota va construire au Japon la ville du futur alimentée à l’hydrogène
Qui fait quoi dans le monde de l’énergie