Transitions & Energies
Eoliennes dégradées

Près de six mille éoliennes allemandes sérieusement affectées par une cyberattaque russe


Au moment même de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, une cyberattaque a mis hors de service le réseau américain de satellite KA-SAT. Non seulement, il permettait à des centaines de milliers d’Ukrainiens d’accéder à internet, mais il permettait aussi de commander à distance près de 6.000 éoliennes allemandes. Elles fonctionnent aujourd’hui en mode automatique, mais il serait difficile de les arrêter si le vent atteignait 80 km/h. Elles risqueraient alors d’être endommagées ou détruites. Près d’une semaine après l’attaque, le réseau n’était toujours pas réparé faute de composants électroniques.

L’industrie énergétique est non seulement très vulnérable aux cyberattaques, mais elle est aussi une cible de choix. Pour preuve, il y a tout juste un mois une cyberattaque a pris pour cibles des terminaux pétroliers dans plusieurs grands ports européens en Allemagne, aux Pays-Bas et en Belgique. Avaient été touchées simultanément les installations des ports de Hambourg (Allemagne), Rotterdam (Pays-Bas) et Anvers (Belgique). Cela avait affecté quelques jours la distribution de pétrole dans le nord de l’Europe. Certains experts avaient émis l’hypothèse que la Russie n’était peut-être pas étrangère à cela…

Une attaque simultanée avec l’invasion de l’Ukraine

Un mois plus tard, c’est au tour d’éoliennes allemandes de montrer leur vulnérabilité aux cyberattaques… même si elles n’étaient pas vraiment visées. Le 24 février au petit matin, une heure exactement après le discours de Vladimir Poutine annonçant l’invasion de l’Ukraine, le réseau américain de satellite KA-SAT a été attaqué et mis hors service.

Cette fois, il n’y avait aucun doute sur l’origine de l’attaque. Puisque les modems terrestres qui assurent la liaison entre les usagers et les satellites ont été mis hors d’état de fonctionner et des centaines de milliers de clients ukrainiens ont ainsi été privés d’internet. En France, une dizaine de milliers d’abonnés internet via Nordnet, qui dépend de ce même réseau de satellites, ont été touchés. En Allemagne, les victimes ont été… des milliers d’éoliennes du fabricant Enercon. Pour la plupart des éoliennes, en Allemagne et ailleurs, la sécurité est assurée principalement par des liaisons satellites.

Des risques de dommages importants en cas de tempête et de vents forts

Et pas moins de 5.800 d’entre elles, représentant une capacité totale de 11 GW, ont été privées en Allemagne de pilotage à distance. Elles fonctionnent depuis en mode automatique, mais il n’est plus possible de les arrêter à distance, une manœuvre absolument indispensable en cas de vents supérieurs à 80 km/h et de tempête. Sinon, elles risquent de subir d’importants dommages ou d’être détruites. On peut toujours les arrêter manuellement, mais c’est une opération compliquée et lourde.

La cyberattaque est telle que presque une semaine plus tard il n’a toujours pas été possible de faire redémarrer les modems affectés. La seule solution serait de les remplacer. Mais cela est aujourd’hui impossible car les stocks de composants électroniques manquent en raison de la pénurie de semi-conducteurs.

Et il ne s’agit pas d’un incident mineur. Pour donner un ordre d’idée, la France compte 8.000 éoliennes et l’Allemagne, pionnier dans ce domaine, compte un peu moins de 30.000 éoliennes terrestres. C’est donc 20% de son parc qui est affecté.

La rédaction

En ligne dès maintenant


Inscrivez-vous à la newsletter de Transitions&Énergies




Agenda

Près de six mille éoliennes allemandes sérieusement affectées par une cyberattaque russe
Qui fait quoi dans le monde de l’énergie