Transitions & Energies

Nikola Tesla a eu raison trop tôt

Nikola Tesla a eu raison trop tôt

Né au milieu du XIXe siècle en Croatie de parents serbes, élève de la prestigieuse École polytechnique de Graz, Nikola Tesla est sans doute l’un de ceux à qui l’humanité doit le plus dans le domaine de l’énergie.

Si l’on vous demande un jour qui a inventé Internet, vous pouvez répondre sans hésiter : Nikola Tesla ! L’inventeur fou avait imaginé un « système mondial» de télécommunications, qui utilisait la Terre comme conducteur naturel d’ondes !

Un système capable « non seulement [d’assurer] la transmission instantanée et sans fil de signaux, de messages et de caractères vers toutes les régions du globe, mais aussi l’interconnexion de tous les systèmes téléphoniques et télégraphiques ainsi que des autres stations de données, sans qu’il soit nécessaire de modifier leur équipement existant. Il permet par exemple à un abonné du téléphone de communiquer avec n’importe quel autre abonné de la Terre. Un récepteur bon marché, pas plus grand qu’une montre, lui permettra d’écouter, sur terre comme sur mer, la diffusion d’un discours ou d’une musique transmis ailleurs, quelle que soit la distance. » (Nikola Tesla, Mes inventions, 1919). »

LA TSF, LE COURANT ALTERNATIF, C’EST LUI. À défaut d’avoir pu mener jusqu’au bout son projet de réseau mondial de télécommunications, il est aussi le véritable père de la TSF, la « transmission sans fil », à tort attribuée à Marconi. On lui doit aussi des découvertes utilisées encore aujourd’hui dans nombre d’applications, civiles comme militaires. Forcément : il a déposé plus de 900 brevets au cours de sa carrière !

Mais c’est du côté de l’énergie que Tesla s’est le plus dépensé. Seul contre tous, il défend le courant alternatif dans un monde qui découvre l’électricité mais ne jure que par le courant continu. Lors d’un passage éclair à Strasbourg, il invente le premier moteur à induction à courant alternatif.

Mais c’est surtout pour transporter l’électricité que le choix du courant alternatif, défendu par Tesla contre son ex-mentor Thomas Edison, se révèle payant. Le courant alternatif diminue considérablement les pertes enligne mais aussi les risques d’échauffement, et donc d’incendie. Les nombreuses découvertes et brevets déposés par Tesla permettront à l’américain Westinghouse de déployer les premiers réseaux de transport de courant alternatif aux États-Unis.

Tesla travailla même sur un projet de transmission d’énergie sans fil, en construisant une tour gigantesque, surmontée d’une immense boule de cuivre à Long Island, au large de New York. Une tour dont il disait qu’elle pouvait se transformer en arme de destruction massive en cas de besoin car elle pouvait émettre un  « rayon de la mort ». Un krach boursier le contraint à abandonner son projet.

Aujourd’hui, plusieurs statues de Tesla rendent hommage à son génie, notamment aux chutes du Niagara sur lesquelles il installa le premier barrage hydroélectrique. Le 10 juillet, jour de sa naissance, a été décrété « Nikola Tesla Day » aux États-Unis. Comme bien d’autres génies, il mourut seul et ruiné, dans l’indifférence générale, dans une chambre d’hôtel miteuse de New York, le 7 janvier 1943, à l’âge de 87 ans…

Jean-Baptiste Giraud

En ligne dès maintenant


Inscrivez-vous à la newsletter de Transitions&Énergies




Agenda

Nikola Tesla a eu raison trop tôt
Qui fait quoi dans le monde de l’énergie