Transitions & Energies

Le gouvernement s’attaque à la rente du solaire, non sans risques

Le ministère de l'Ecologie se trouve aujourd'hui face à un dilemme. Il entend remettre en cause des subventions exorbitantes accordées jusqu'à il y a 10 ans aux parcs solaires. Elles coûtent deux milliards d'euros par an au contribuable pour 5% de...

Le ministère de l’Ecologie pris en flagrant délit de mensonges sur les éoliennes

Dans son document officiel baptisé, «Pour y voir plus clair, vrai/faux sur l'éolien terrestre», le ministère de l'Ecologie accumule les contrevérités, les raisonnements contestables et les contradictions. Le gouvernement et la ministre Barbara...

Faut-il croire aux éoliennes flottantes?

Considérées depuis plusieurs années comme trop coûteuses et technologiquement problématiques, l'avenir des éoliennes flottantes semblait incertain. Plusieurs pays continuent pourtant à parier sur elles. Le gouvernement français vient ainsi de lancer...

Les articles de la catégorie Renouvelable

La transition est menacée par une pénurie de métaux et de minerais

Les technologies actuelles de la transition énergétique, à savoir les panneaux solaires, les éoliennes, les véhicules électriques, nécessitent des quantités considérables de métaux et de minerais. Les capacités de production seront très rapidement insuffisantes. L'intendance ne suivra pas. Cela rend irréalistes les scénarios de transition des gouvernements, des institutions internationales et les injonctions des organisations militantes. Les uns et les autres ne semblent  pas avoir vraiment pris conscience des réalités matérielles ou ont décidé de faire comme si elles n'existaient pas. La pénurie de minerais qui se profile va à la fois ralentir considérablement la transition et en alourdir les coûts. Il suffit de constater aujourd'hui l'envolée des cours des métaux et des terres rares. Fatih Birol, directeur exécutif de l'Agence internationale de l'énergie, tire la sonnette d'alarme. «Les chiffres montrent un décalage imminent entre des ambitions climatiques mondiales accrues et la disponibilité de minerais critiques indispensables pour concrétiser ces ambitions».

Train Charbon Wikimedia

Emissions de CO2: le monde va effacer cette année les gains réalisés en 2020

L'Agence internationale de l'énergie met en garde dans ces prévisions annuelles contre une remontée rapide cette année et en 2022 des émissions de gaz à effet de serre. Elle est liée à une reprise rapide de l'utilisation des énergies fossiles dans le monde. La consommation totale d'énergie dans le monde devrait ainsi être supérieure cette année à ce qu'elle était en 2019. L'agence dénonce le fossé grandissant entre ce que promettent les gouvernements et la réalité.

Transitions & Energies s’associe à Challenges dans un numéro spécial Hydrogène

Si Challenges et Transitions & Energies ont réalisé ensemble un magazine entièrement consacré à cette forme d’énergie, c’est que l’engouement pour l’hydrogène est aujourd’hui planétaire. Au point qu’elle est considérée comme un élément essentiel de la transition énergétique, le pétrole du XXIème siècle. La raison en est simple. Elle est l’un des meilleurs et souvent le seul substitut aux carburants fossiles. Dans les transports sur longue distance, de passagers comme de marchandises, sur terre, sur mer et dans les airs, dans la production de chaleur et dans l’industrie lourde, notamment sidérurgie et ciment, la seule alternative au pétrole, au charbon et au gaz naturel a pour nom hydrogène. Voilà pourquoi en Chine, au Japon, en Corée du Sud, à Singapour, en Allemagne, en France, en Espagne, en Australie, aux Etats-Unis… les investissements annoncés dans l’hydrogène sont considérables. Plus de 300 milliards de dollars par plus de 30 pays dans des centaines de projets de toutes tailles dans la production, la distribution et l’utilisation. Plusieurs villes nouvelles, uniquement alimentées en énergie par l’hydrogène, vont voir le jour dans les prochaines années en...

Indice 2020 de transition énergétique du WEF

En 2020 déjà, la France dans le top 10 de la transition… grâce au nucléaire

La publication d'un article mettant en avant le fait que la France était le quatrième pays le plus vert selon un classement de la MIT Technology review ayant provoqué une polémique, nous republions un article de 2020 sur un classement tout aussi flatteur de la France par le World Economic Forum. Cette fois, la France occupe la huitième place mondiale de l'indice de transition énergétique. Elle la doit notamment à une production d'électricité abondante, fiable et très peu émettrice de CO2 grâce au nucléaire.

Camion Hydrogene Hyundai

Électricité plus hydrogène, la recette idéale pour décarboner?

Les coûts de l'électricité renouvelable, notamment éolienne et solaire, ne cessent de baisser et leur part dans la production augmente rapidement. Problème, cette production est par nature intermittente. Il faut donc trouver le moyen d'assurer l’équilibre en permanence entre l’offre et la demande sur le réseau électrique. Pour qu’un système électrique soit viable et économique il ne suffit pas en effet de produire à bas coût, encore faut-il que la production réponde à la demande… et ce à tout moment. Sinon c’est le «black-out». L'hydrogène semble aujourd'hui une solution idéale, pour stocker de l'électricité et également pour se substituer aux carburants fossiles quand l'électricité ne le peut pas directement.

Centrale nucléaire

Quels seront nos besoins d’électricité d’ici 2050?

La consommation d'électricité devrait fortement augmenter dans les prochaines décennies avec l'électrification des usages et les nécessités d'une production de masse d'hydrogène vert. Il faut se préparer comme l'Allemagne et le Royaume-Uni a un doublement de nos besoins électriques. Même si l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) et la SNBC (Stratégie nationale bas carbone) se bercent d'illusions décroissantes avec des hypothèses d'économies massives permettant de ne pas avoir à produire beaucoup plus d'électricité.

La future île artificielle danoise

Le Danemark va construire une gigantesque île artificielle pour servir de relais aux éoliennes marines

Un centre énergétique artificiel, installé en mer du Nord à 80 kilomètres des côtes danoises, a pour ambition de distribuer de l'électricité provenant de parcs éoliens marins à dix millions de foyers en Europe. Il produira également de l'hydrogène vert afin de stocker une partie de l'électricité  produite et de fournir des carburants pour la navigation, l'aviation, l'industrie et les transports lourds. Il s'agit du plus grand projet de construction de l'histoire du Danemark qui est une puissance de l'éolien. Le premier fabricant au monde d'éoliennes, Vestas, est danois.

Tempete Neige Texas 2021

Les leçons à tirer du blackout au Texas

Confronté à des tempêtes de neige et une baisse historique des températures, le réseau électrique du Texas a été incapable de faire face. Des millions de texans ont été privés d'électricité. La dérégulation du marché de l'électricité au Texas est une explication, mais elle n'est pas la seule. L'Europe en général et la France en particulier, dont les systèmes électriques se dégradent, ne sont pas à l'abri de connaître un jour pareille mésaventure.

Hellisheidi_Geothermal_Power_Plant Wikimedia

Il faut bien différencier les différents types de géothermie.

La géothermie est une énergie renouvelable négligée en France. Et pourtant, elle est abondante, accessible sur une partie importante du territoire et n'a pas le principal inconvénient du solaire et de l'éolien, l'intermittence. Il ne faudrait pas que les séismes provoqués dans le bassin rhénan par des installations de géothermie profonde mises en place sans suffisamment de précautions ralentissent encore le déploiement de cette source d'énergie qui offre tant d'avantages.

Parc éolien

La révolution énergétique allemande (Energiewende), un modèle brutal et surtout très coûteux

L’Allemagne a fait le choix de tout miser sur les énergies électriques renouvelables (éolien et solaire) et d’accepter d'en payer le prix. Sauf que personne n’est capable aujourd'hui d’en calculer la réalité du coût financier et économique. Des coûts volontairement sous-estimé tandis que l'impact sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre était exagéré. Article paru dans le numéro 7 de Transitions & Energies.