Transitions & Energies
Eoliennes dégradées

L’an dernier, la production d’électricité renouvelable a baissé en Allemagne


Tandis que la consommation d’électricité augmentait l’an dernier en Allemagne, la production provenant de sources renouvelables a baissé… pour la première fois depuis 1997. Une nouvelle démonstration des limites du modèle de transition énergétique allemand. Les productions renouvelables éoliennes et solaires sont par nature intermittentes et aléatoires. Ainsi, l’an dernier en Allemagne, il y a eu moins de vent et la baisse de production des éoliennes a dépassé 10%. Dans le même temps, en dépit de l’installation de près de 5 GW de capacité théorique de production de nouveaux panneaux solaires, la production d’électricité photovoltaïque a augmenté de moins de 1%. Faute de soleil…

L’une des raisons de la crise énergétique, qui frappe l’Europe depuis l’été dernier, tient à la faible production électrique des renouvelables, panneaux solaires et surtout éoliennes. Cela explique le recours massifs aux centrales au gaz et même au charbon et l’envolée des prix du gaz et de l’électricité.

Cela démontre aussi à nouveau que le modèle de transition énergétique allemand, qu’entendent notamment imposer la Commission européenne et les écologistes français, celui du tout renouvelable, ne fonctionne pas. On ne peut pas construire un système électrique fiable avec majoritairement des éoliennes et des panneaux solaires dont la production est intermittente et aléatoire.

Un système électrique doit être équilibré en permanence et en temps réel, qu’il y ait du vent ou pas

Parce qu’il est impossible en l’état actuel de la technologie de stocker à grande échelle l’électricité. Et parce qu’un système électrique construit avant tout autour des renouvelables est à la fois inefficace et extrêmement coûteux au moment même où la transition nécessite toujours plus d’électricité pour les transports, l’industrie, l’hydrogène vert… Les renouvelables ne se développent aujourd’hui qu’avec des subventions massives sous forme de garanties prioritaires d’achat à des prix élevés et déterminés à l’avance des productions éoliennes et solaires et nécessite dans le même temps de doubler les capacités de production par des capacités dites pilotables, centrales thermique ou nucléaires. Car un système électrique a besoin d’être équilibré en permanence entre production et consommation qu’il y ait du vent ou pas, le jour comme la nuit, faute de quoi il s’effondre…

Cela ne signifie pas que l’électricité éolienne et solaire ne doit pas être développée. Cela signifie qu’elle n’est en aucun cas une solution miracle, qu’elle présente de nombreuses faiblesses et que plus sa part de la production augmente plus le système se fragilise.

La démonstration vient d’en être faite, en 2021, en l’Allemagne. Dans ce pays qui s’est fait le champion des renouvelables, la production d’électricité d’origine renouvelable a baissé l’an dernier pour la première fois depuis 1997 selon les dernières estimations de l’Agence fédérale pour l’environnement (UBA).

Elle estime que la production d’électricité d’origine renouvelable en Allemagne aura avoisiné 237 TWh en 2021. Soit près de 5% de moins qu’en 2020 (production de 250 TWh). Depuis 1997, cette production renouvelable n’avait cessé d’augmenter outre-Rhin, «les années avec moins de vent et d’ensoleillement étant jusqu’à présent principalement compensées par l’ajout de nouvelles centrales». Cette fois cela n’a pas été suffisant. En 2021, la consommation d’électricité a augmenté en Allemagne et la part des filières renouvelables dans le mix électrique devrait ainsi avoir baissé de 45,3% en 2020 à près de 42%.

Augmentation des émissions de gaz à effet de serre

Cela s’est traduit par une augmentation des émissions de gaz à effet de serre. Une situation qui pourrait perdurer puisque l’Allemagne vient de fermer le 30 décembre trois de ses six centrales nucléaires qui avaient pour immense avantage par rapport aux centrales au charbon et au gaz d’émettre aussi peu de gaz à effet de serre que les éoliennes sans dépendre de la météo… Les centrales fermées représentaient une capacité de production de 4 gigawatts heure.

En tout cas, au premier semestre de 2021, les émissions de gaz à effet de serre en Allemagne provenant de la production électrique au augmenté de 25%. Les émissions des centrales à gaz ont augmenté de 15%, celles au lignite (houille brune) de 36% et celle au charbon de 44%.

La baisse de la production allemande d’électricité renouvelable en 2021 a une raison, il y a eu moins de vent et peu de soleil. Cette situation est «attribuée essentiellement à une forte baisse de la production éolienne liée aux conditions météorologiques» indique l’UBA.

La production éolienne allemande a ainsi baissé de près de 11% en 2021 (atteignant un total de 118 TWh, dont 93 TWh pour l’éolien terrestre et 25 TWh pour l’éolien offshore) par rapport à 2020. La filière éolienne compte pour près de la moitié de la production allemande d’électricité d’origine renouvelable et ne parvient plus à se développer. Les oppositions locales à l’installation de nouveaux parcs éoliens ne cessent de grandir.

Autre illustration des contraintes météorologiques indépassables. La production photovoltaïque en Allemagne devrait avoir augmenté de seulement 0,8% en 2021 en dépit de l’installation de près de 5 GW de nouvelles capacités durant l’année. Ce qui porte à 49 TWh les capacités solaires théoriques. Mais le soleil n’a pas été au rendez-vous…

La rédaction

En ligne dès maintenant


Inscrivez-vous à la newsletter de Transitions&Énergies




Agenda

L’an dernier, la production d’électricité renouvelable a baissé en Allemagne
Qui fait quoi dans le monde de l’énergie