Transitions & Energies

Les allemands pessimistes sur leur révolution énergétique («energiewende»)

Les allemands pessimistes sur leur révolution énergétique («energiewende»)

Les allemands sont bien plus pessimistes que le reste de l’Europe sur la réussite de la transition énergétique. Les pionniers, montrés en exemple pour leur stratégie accélérée de transition vers les énergies renouvelables éolien et solaire, la fameuse «energiewende» (révolution énergétique), ne croient plus dans leur modèle.

Dans le reste de l’Europe, une majorité de personnes pense que la transition est déjà réalisée à 65% tandis qu’en Allemagne la majorité pense qu’elle en est juste à mi chemin.

Telle est l’une des conclusions d’une étude récente baptisée «Living in Europe» (Vivre en Europe) menée auprès de 10.000 personnes par l’électricien E.ON et KantarEMNID en République Tchèque, au Danemark, en France, en Hongrie, en Italie, en Roumanie, en Suède, en Turquie, au Royaume-Uni et… en Allemagne.

Pour le Directeur Général d’E.ON, Johannes Teyssen, l’Allemagne a besoin de faire des efforts importants pour accélérer la transition dans le domaine du transport et du chauffage. Il estime qu’il faut instaurer une taxe sur les émissions de CO2. Mais il ajoute que cette taxe doit être calculée et appliquée de façon à ne pas être une charge pour seulement une catégorie de la population. Et il ajoute enfin que les revenus de cette taxe doivent servir notamment à réduire le prix de l’électricité pour tous les consommateurs.

L’étude établit également un classement des pays qui ont le plus avancé dans la transition vers les renouvelables. La Suède est en première position devant le Danemark, l’Allemagne, le Royaume-Uni et la France. La Turquie est en avant dernière position et la Roumanie en dernière position.

 

 

En ligne dès maintenant


Inscrivez-vous à la newsletter de Transitions&Énergies




Agenda

Les allemands pessimistes sur leur révolution énergétique («energiewende»)
Qui fait quoi dans le monde de l’énergie