Transitions & Energies

L’industrie des énergies renouvelables intermittentes a un sérieux problème avec les droits de l’homme

Une étude menée par l'ONG Business & Human Rights Resource Centre, basée à Londres, montre que de nombreuses sociétés engagées dans les énergies renouvelables ferment les yeux sur les violations des droits de l'homme quand il s'agit de monter des...

La géothermie est victime en France d’un véritable ostracisme

Depuis une trentaine d’années, la France, pays du nucléaire, néglige la géothermie. Le soutien est limité à la production de chaleur, mais bien loin derrière les programmes en cours dans d’autres pays. Le désengagement est manifeste dans la...

La géothermie, une énergie verte négligée

Souterraine, renouvelable et non intermittente, la géothermie est pourtant une énergie négligée. Son potentiel est considérable, mais son exploitation demande des investissements importants qui sont difficiles à rentabiliser. Article publié dans le...

Les articles de la catégorie Renouvelable

Panneau solaire au pérovskite

Capteurs solaires: et si l’on n’avait encore rien vu?

Si les cellules photovoltaïques exploitent aujourd’hui essentiellement le silicium, d’autres matériaux semiconducteurs peuvent être utilisés, à l’image de la pérovskite qui agite les laboratoires aujourd’hui. Concentrés par des lentilles, sous forme de films fins ou imprimables sur du verre, les futurs capteurs solaires pourraient prendre de multiples formes et être de plus en plus performants. De nouveaux matériaux et de nouvelles méthodes de captation de la lumière pourraient transformer en profondeur les cellules solaires. Demain, elles seront toujours moins chères, plus minces, plus légères, souples ou organiques avec un rendement qui continuera à augmenter régulièrement. Dans ce domaine, les records sont battus plusieurs fois par an dans les laboratoires. D’où un décalage important entre les performances des produits commerciaux et ceux des prototypes. Quand le rendement des premiers reste souvent en dessous des 20 %, celui des seconds dépasse les 40 %. Cela donne une idée de la marge de progression disponible. Le silicium, sous l’impulsion de son utilisation massive dans la microélectronique et de son abondance, assure aujourd’hui l’essentiel de la production mondiale des capteurs solaires. Ce...

Dubai Parc Solaire

La feuille de route de l’Agence internationale de l’énergie pour relancer l’économie mondiale

Fatih Birol, directeur exécutif de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), n’a jamais été aussi actif que depuis le début de la pandémie de coronavirus. Pour lui, la crise sanitaire doit marquer une inflexion majeure dans la façon dont le monde fabrique et consomme son énergie. Il vient juste de publier une feuille de route pour une relance de l’économie mondiale par la transition énergétique. Fatih Birol a mené une conférence en ligne à la fin de la semaine dernière réunissant des représentants des gouvernements d’une quinzaine de pays dont l’Australie, le Canada, la France, l’Allemagne, l’Inde, l’Indonésie, la Suisse, le Royaume-Uni… et la Commission européenne. L’objectif était de trouver les moyens d’intégrer rapidement les investissements dans l’innovation énergétique et les énergies propres dans les grands plans de relance économique qui suivront la sortie du confinement un peu partout dans le monde. Efficacité énergétique, éolien, solaire, batteries, hydrogène, capture et stockage du CO2 «La question cruciale est de savoir comment créer des emplois et doper la croissance économique avec des investissements dans...

Atmosphere Wikimedia

Le coronavirus prouve une chose: les comportements individuels ont un impact limité sur la transition

L’épidémie de coronavirus a donné encore plus d’ampleur au débat sur la transition énergétique, sur son urgence, sur les moyens financiers et technologiques à y consacrer, sur les changements nécessaires de société, de modes de vie et de comportements. Cette expérimentation contrainte et forcée, en grandeur réelle, de la mise à l’arrêt d’une grande partie de l’économie mondiale, apporte des enseignements précieux. Les deux tiers de la planète limitent grandement leur usage de l’automobile et des transports collectifs, ne prennent plus l’avion, ont adopté un mode de vie plus frugal. Les échanges internationaux ont fortement diminué tout comme l’activité industrielle. La décroissance, tant souhaitée par les collapsologues, est là sous nos yeux. Résultat, le confinement et la pire récession depuis la seconde guerre mondiale devraient se traduire, d’après plusieurs analyses, par une baisse moyenne des émissions de CO2 cette année de 5 à 6% à l’échelle mondiale. Confiner la moitié de la population mondiale a un impact limité Mais cette baisse, conséquence d’une pandémie tragique et d’un appauvrissement sans précédent sur une si courte...

Partie du Soleil NASA

Les zones d’ombre du photovoltaïque

Si l’avenir de l’énergie solaire semble assuré, il ne s’agit pas pour autant d’une solution miracle. Elle a de sérieux points faibles. Ils ont pour nom : l’intermittence, la faible intensité d’une énergie qui nécessite d’occuper de grandes surfaces, les difficultés techniques et économiques du stockage de l’électricité, les contraintes liées au niveau d’ensoleillement et les matières premières nécessaires à la fabrication des panneaux sans parler des problèmes posés par leur recyclage. La magie apparente du solaire photovoltaïque ne doit pas masquer plusieurs limitations qui expliquent, pour une part importante, la lenteur de son développement. On peut classer ces obstacles en deux catégories : les irréductibles et les technologiques. Les premières proviennent de la nature même de l’énergie solaire et il n’est d’autre solution que de s’y adapter. Les secondes sont liées aux matériaux mis en œuvre pour la capter et l’exploiter et elles offrent des marges de progrès et des perspectives d’amélioration. PLUS INTERMITTENT QUE L’ÉOLIEN. Le solaire est, avant tout, la source d’énergie renouvelable la plus intermittente. Son principal défaut.  À lui seul, le photovoltaïque ne peut fournir de l’électricité...

Full_Moon_Wikimedia

La stratégie française de transition est une impasse

Les deux textes organisant la transition énergétique en France, la PPE (programmation pluriannuelle de l'énergie) et la SNBC (stratégie nationale bas carbone), ont été publiés au Journal Officiel. Ils illustrent le caractère irréel et irréaliste de la stratégie de transition française. Elle néglige les transports, la chaleur et l'industrie, grands consommateurs d'énergies fossiles, et privilégie l'électricité et le remplacement du nucléaire, qui émet peu de CO2, par l'éolien et le solaire, qui émettent peu de CO2!

La ville de l'hydrogène que Toyota veut construire

Le coronavirus et son impact à long terme sur l’énergie, une vision optimiste

Il y a aussi un certain nombre de raisons de croire que la pandémie pourrait avoir des conséquences finalement favorables dans le domaine de l'énergie. Elle pourrait permettre la mise en place de grands plans ambitieux de relance industrielle, de relocalisation et de transformation des modes de vie. Dans le domaine des renouvelables, des batteries, de l'hydrogène, des transports, de la géothermie, du logement...